L’homme posthume de Jake Hinkson


Premières phrases de L’homme posthume de Jake Hinkson :
Sorti des ténèbres, quelque chose me perfora le visage.
J’essayai d’attraper l’objet, de l’arracher, mais je ne parvins pas à le saisir. Une femme cria :
Son bras n’est pas attaché…
Une violente lumière rouge lacéra le haut des ténèbres, qui s’écartèrent comme une peau qu’on arrache. Loin au-dessus de moi, un trou rouge s’ouvrit.

Pourquoi ce livre
Depuis que j’ai lu « Au nom du bien », j’ai envie de découvrir toute la bibliographie de Jake Hinkson. Ayant lu dernièrement « Sans lendemain », c’est aujourd’hui avec le court roman « l’homme posthume » que je poursuis ma découverte de l’auteur.

Résumé :

Les choses ont vraiment mal tourné quand Elliott s’est suicidé. Ou plutôt quand il a raté son suicide. Car après être resté mort pendant trois minutes, le voilà ramené à la vie. Et il y a cette jeune infirmière un peu étrange qui prend soin de lui. Il n’a toujours rien à perdre, alors pourquoi ne pas faire un bout de chemin avec elle. Mais une fille comme ça ne voyage jamais seule, alors Elliott devra composer avec des jumeaux débiles et Stan the Man.

Mon avis sur L’homme posthume de Jake Hinkson

L’homme posthume est le second roman de Jake Hinkson, et l’on y retrouve déjà les codes de celui-ci. L’histoire va nous faire rencontrer un pasteur, ou du moins un ancien pasteur, et l’action se déroule de nouveau dans l’Arkansas.

Même si l’auteur tente de nous embrouiller dans la première moitié du livre avec une histoire de vol de médicament que, pour ma part, j’ai trouvé d’une platitude assez déroutante, c’est dans la seconde moitié du roman, beaucoup plus intéressante celle-ci, que j’ai retrouvé ce que j’aime dans l’écriture de Jake Hinkson. Dans cette seconde moitié, il va être question de rédemption et on va en apprendre un petit peu plus sur Élliot, sur sa tentative de suicide et du pourquoi il a abandonné sa vocation de pasteur.

L’homme posthume est un petit roman de 160 pages, trop court pour permettre à l’auteur de développer ses personnages, et c’est vraiment ce qui manque dans cette histoire, car au début de celle-ci on fait la connaissance de la déroutante Felicia et de ses acolytes d’embrouille. Mais quelque chose cloche avec cette histoire et j’ai eu l’impression que Felicia n’était là que pour son prénom ( qui aura une importance dans la fin de l’histoire).

Les personnages de ce roman se font dégommer gratuitement je trouve, et dans la plus totale indifférence, pour moi.
Il y a juste Three, une jeune fille, qui arrive encore dans cette seconde moitié qui trouve grâce à mes yeux. Comme si l’auteur avait écrit le livre en partant de la fin et qu’il n’avait pas su comment amener les choses. Alors il nous a écrit vite fait cette histoire de vol de camion.

Trop court, pas assez développé et une première partie sans grand intérêt voilà ce que je pense de L’homme posthume. Mais vous savez que je n’aime pas spécialement ce format de roman, donc bon…

Alors même si l l’homme posthume est une demi-déception, je me plongerai rapidement et avec grand plaisir dans L’enfer de Church street, le premier roman de l’auteur et le dernier traduit pour le moment.

Avez-vous lu l’homme posthume ? Qu’en avez-vous pensé ?

Jake Hinkson L'homme posthume

5.8

L'ECRITURE DE L'AUTEUR

7.0/10

L'HISTOIRE

4.5/10

En résumé

  • Traduit par Sophie Aslanides
  • Titre V.O The Posthumous Man

Infomations

  • Editions Gallmeister - 11 mars 2016
  • Collection : Americana - Neo Noire
  • 168 pages

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Logo les passions de chinouk