Le pèlerin de Shikoku de Thierry Pacquier | Transboreal


récit Le Pelerin de shikoku TransborealPremières phrases du livre

Un certain matin on se met en marche. Au sens propre. C’est comme ça, on n’a plus d’autre choix. On a tourné autour de l’idée quelques temps, on a pesé le pour, le contre, on a eu le vertige devant l’ampleur de l’effort à fournir, devant la distance à parcourir. On a eu une vague angoisse au ventre. On a trouvé des excuses pour ne pas y aller. Mais le chemin nous attend, nous appelle, et ce chant des sirènes est irrésistible.

Pourquoi ce livre
Le chemin de pèlerinage de Shikoku m’attire énormément. Il fait le tour de l’île du même nom et passe par 88 temples. La passionnée de randonnée et de culture japonaise que je suis ne peu qu’avoir envie de fouler ce chemin sacré. Les récits parlant de celui-ci sont rares en français, c ‘est pourquoi je me suis jetée sur le récit de Thierry Pacquier paru aux éditions Transboreal. (lien)

Résumé

C’est vêtu de sa blanche tunique du pèlerin que Thierry Pacquier s’élance seul, à pied, sur les 1200 kilomètres du légendaire «pèlerinage des 88 temples». Il s’initie aux rituels bouddhistes ainsi qu’au mode de vie nippon. Sa quête spirituelle à travers la nature sauvage l’entraîne dans les pas du poète Taneda Santoka, chantre de l’errance et du dépouillement. Ainsi, en ouvrant d’autres horizons, «le chemin de Compostelle japonais» tiendra toutes ses promesses. Le marcheur en reviendra transformé. Cette métamorphose achèvera de faire de lui un vagabond, qui parcourt le monde pour mieux le comprendre.

Mon avis sur Le pèlerin de Shikoku de Thierry Pacquier

40 jours de marche pour effectuer les 1200 kilomètres du chemin sacré des Japonais, c’est le temps qu’aura mis Thierry Pacquier pour faire le tour de l’île de Shikoku et ses 88 temples qui est l’équivalent nippon du chemin de Compostelle. Un chemin qu’il est loin d’être aisé à parcourir car la topologie de l’île montagneuse n’aide pas le pèlerin. Il oscille entre forêts, escaliers ( beaucoup) zones urbaines sans intérêt, grandes portions de route passante longeant la mer, mais sans vue à cause des murs anti tsunami.

Les premiers jours de marche de Thierry Pacquier seront durs, très durs, mais petit à petit il entre dans l’ambiance, fait des rencontres, et devient un vrai « Henro » ( pèlerin aux yeux des Japonais) . Au Japon, les personnes faisant le chemin d’une traite sont très bien considérées, il est même de tradition de faire des offrandes quand on croise un « Henro ».

Certaines portions du sentier sont bondées, comme la première dizaine de temples qui forme une petite boucle faisable en quelques jours. Beaucoup de Japonais font le chemin par tronçon ou même en bus.

Tout comme Compostelle a sa credential, « les 88 temples de Shikoku » à son «nokyosho», un carnet qu’il faut faire remplir a chaque temple (avec de belles calligraphies).

Tout au long de ce récit, Thierry nous livre ses impressions et ses états d’âme. Thierry nous expose également quelques Haïkus du poète Taneda Santoka.

Toute la journée
En montagne
La fourmi marche aussi
————————————
C’est ainsi, il pleut
Je suis trempé
Je marche

« Le pèlerin de Shikoku » est le récit authentique d’une expérience initiatique qui nous permet de découvrir les rites bouddhistes en vigueur au Japon et de voyager dans un Japon ancestral. Un récit agréable et très intéressant à lire.

Le pèlerin de Shikoku | Thierry Pacquier

7.5

L'ECRITURE DE L'AUTEUR

7.5/10

L'HISTOIRE

7.5/10

Infomations

  • Editions Transboréal (22 novembre 2018)
  • 254 pages
  • Broché : 20.90 €

2 commentaires

  • Electra
    4 juillet 2019 à 14 h 54 min -

    j’adore ton dessin en fin de page sur ton site ! pour le livre, ayant fait de très très nombreux temples en Asie (dans plusieurs pays), je me suis, j’avoue lassée, mais je n’ai pas cette spiritualité (j’ai le même réflexe au bout de la cinquième église…) . En tout cas, heureuse que tu aies trouvé ton bonheur !

  • Chinouk
    8 juillet 2019 à 11 h 43 min -

    je l’aime beaucoup aussi le dessin 🙂 c’était censé être que pour la période des fêtes mais j’ai pas envie de le changer, ni ma bannière même si elle ne fait pas trop été !!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Logo les passions de chinouk