La rivière en hiver de Rick Bass


Rédigé le 8 décembre 2020

livre La rivière en hiver de Rick BassPremières phrases du livre :
C’est Matthew qui a tué l’élan. J’essayais seulement d’apprendre comment on faisait. Durant ma première année dans la vallée, j’ignorais presque tout, mais lorsqu’il ne resta qu’une semaine de chasse avant la fin de la saison et que je n’avais toujours pas de viande, j’en savais assez pour demander de l’aide à Matthew. Les gens m’ont dit qu’il n’aimait pas les nouveaux attirants et qu’il ne m’aiderait pas, qu’il n’aiderait personne -, mais quand je suis allé à son chalet pour le lui demander, il m’a répondu qu’il le ferait, juste cette fois, que je devais observer et apprendre : il ne chasserait qu’une fois un élan pour moi.

Pourquoi ce livre :

La couverture et le titre ont fait qu’il me fallait absolument ce livre, d’autant plus qu’il est écrit par Rick Bass ! Un auteur que j’aime beaucoup et avec lequel j’ai eu un gros coup de cœur dernièrement avec « Les derniers Grizzlys ».

Mon avis sur La rivière en hiver de Rick Bass

« La rivière en hiver » est un recueil de huit nouvelles. Je ne suis vraiment pas fan de ce genre littéraire, mais pour Rick, je fais l’effort ! Ici, il va être essentiellement question de filiation et de grands espaces. Plus que des histoires, ces nouvelles sont surtout des tranches de vie. Et pour être franche avec vous, c’est typiquement ce que je n’aime pas dans ce style littéraire, car j’ai besoin de temps pour m’imprégner des personnages et ici on n’en a pas. Mais malgré cela, cinq des huit nouvelles m’ont tout de même captivé, et sans surprise c’est celles où la nature a une place de choix.

Dans « Elan », l’auteur nous propose une chasse initiatique sur la Yaack River. Le narrateur, nouveau dans le coin, ne sait pas chasser, mais il a absolument besoin de viande pour tenir l’hiver. Il fait appel à Matthew, seul voisin qui accepte de l’aider.
Cette nouvelle ouvre le recueil, et mets tout de suite dans l’ambiance. Premier coup de cœur du livre.

Dans « L’arbre bleu » on va suivre un père et ses 2 filles qui partent en forêt pour trouver leur arbre de noël. Cette sortie ne va pas se dérouler comme prévu. Mon second coup de cœur.

Dans « Ce dont elle se souvient », il va être question d’un road-trip père fille en direction de Yellowstone. Un voyage placé sous le signe du souvenir. Ici, plus que le contenu, c’est l’ambiance que j’ai aimée.

Dans « La rivière en hiver » Rick nous propose une histoire de pick-up qui tombe dans une rivière gelée et une action héroïque de la part d’un jeune homme.

Dans « Guide du Perou et du Chili », on va suivre le voyage en Amérique du Sud d’un père et ses 2 filles. Le père, alcoolique, n’a pas les moyens de ce voyage, mais il veut absolument faire quelque chose de marquant avec ses filles avant qu’elles ne deviennent adultes et partent à l’université. Le père m’a beaucoup touché.

Les trois nouvelles suivantes m’ont, en revanche, laissé complètement de marbre.

« Chasseur de Baux » c’est une histoire de terrains à louer pour y mettre des puits de pétrole et d’une vielle dame qui refuse de louer son bien.

Dans « Coach », on suit un coach de basket féminin qui doit s’occuper de sa mère malade. Je suis passée complètement à côté de celle-ci, aucun intérêt pour moi.

Puis enfin, « Histoire de poisson ». Ici, le fameux poisson va servir de monnaie d’échange pour régler des dettes. Tout le monde veut le garder, et finalement, celui-ci contient un trésor dans son ventre. Mouais…

Ces huit nouvelles me confirment que le Rick Bass que j’apprécie est celui qui me parle des grands espaces.

La rivière en hiver de Rick Bass

7.3

L'ECRITURE DE L'AUTEUR

8.0/10

L'HISTOIRE

6.5/10

En résumé

  • Traduit par Brice Matthieussent
  • Titre V.O. : For a little While

Infomations

  • 228 pages
  • Editions BOURGOIS - 15 octobre 2020

2 commentaires

  • le Bison
    9 décembre 2020 à 8 h 32 min -

    Il fait partie de mes prochaines lectures celui-là, parce que j’aime le temps et les grands espaces… et puis Rick Bass tout de même (Winter)… et que c’est une lecture de saison…

  • Лев
    18 janvier 2021 à 2 h 40 min -

    Derriere ces tranches de vies, on retrouve toute la force d’ecriture du Nature Writing dont Rick Bass est l’une des grandes figures. Partout se percoit cette veneration de la nature sauvage, aussi bien dans la menace que laisse peser ce puma sur un pere et ses filles partis en foret chercher Partout cette nature sauvage, meme dans les plus infimes details, perce sous l’histoire qui nous est racontee : vivante ou minerale, elle est toujours presente, toujours essentielle .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.