Immortelle randonnée Compostelle malgré moi de Jean-Christophe Ruffin


Ou le récit de randonnée sur le chemin de Compostelle de Jean-Christophe Ruffin membre de l’Académie française.

Immortelle randonnée Pourquoi ce livre :
Comme je l’ai dit dans « Marcher pour apprendre à aimer » le précédent livre sur le sujet que j’ai lu, Compostelle m’attire irrésistiblement. Alors je dévore sur tous les récits que je trouve à ce propos.

Mon avis sur Immortelle randonnée Compostelle malgré moi de de Jean-Christophe Ruffin

Avec « Immortelle randonnée, Compostelle malgré moi », je fais la connaissance de Jean-Christophe Ruffin membre de l’Académie française et prix Concourt 2001 avec son livre Rouge Brésil. Je le connaissais de nom, mais c’est tout, je n’ai lu aucun de ses ouvrages.
Et c’est une belle découverte, car le style de l’auteur est fluide et très agréable à lire.

Immortelle randonnée : Compostelle malgré moi est le récit, ou plutôt les souvenirs de Jean-Christophe Ruffin qui décide d’effectuer une rando de plusieurs jours, il ne prendra pas de note (il trouve cela nul), mais il mise tout sur ses souvenirs pour écrire son livre.
Même si la destination est incertaine jusqu’à la dernière minute (il hésite entre le chemin Compostelle en Espagne et la traversée des Pyrénées), en son for intérieur Compostelle est pour lui une évidence. Il décide, sur les conseils d’une personne rencontrée lors de l’achat de sa credential (le passeport du pèlerin), de faire Compostelle par le chemin du nord, par la montagne, un itinéraire peu emprunté, le «Camino del Norte» qui longe l’Atlantique à travers le Pays basque, la Cantabrie, les Asturies et la verte Galice.

«En partant pour Saint-Jacques je ne cherchais rien et je l’ai trouvé.»

Jean-Cristophe ne nous propose pas là un récit au jour le jour, mais plutôt un ressenti après coup de son aventure.
Lors de son chemin, il nous explique qu’il est passé par 3 phases bien distinctes :
La première fut l’apprentissage de la marche, le temps que son corps s’habitue à son nouveau rythme de vie. La seconde fut la croyance, il est pris d’une envie irrésistible de visiter toutes les églises et lieux de cultes qu’il croise et donne une grande importance à la foi lors de cette phase.
Puis enfin la dernière, la non-croyance, où, aussi vite qu’il est arrivé, ce besoin lui passe

Immortelle randonnée a été une agréable lecture même si le côté au jour le jour de son aventure m’a personnellement un peu manqué. J’ai eu plus l’impression de lire un roman qu’un récit.

Immortelle randonnée Compostelle malgré moi – Jean-Christophe Rufin – Guérin (5 avril 2013)- 258 pages – 19.50€

7

ECRITURE DE L'AUTEUR

7.0/10

L'HISTOIRE

7.0/10

Infomations

  • Folio (2 octobre 2014)
  • 288 pages
  • Poche: 7.20 €

5 commentaires

  • keisha
    26 septembre 2013 à 13 h 03 min -

    J’ai apprécié d’avoir des souvenirs tributaires de la mémoire incertaine ou incomplète plutôt qu’un carnet. Et c’est bien écrit!

    • Chinouk
      27 septembre 2013 à 10 h 32 min -

      C’est vrai que c’est très bien écrit 🙂 j’aurai du attendre un peu avant de le lire je dois saturer un peu du sujet ! 🙂 Bises

  • Marilyne
    30 septembre 2013 à 12 h 24 min -

    Je n’étais pas celui-ci mais j’ai beaucoup apprécié la lecture de  » un léopard sur le garrot  » de Rufin, récit autobiographique sur son parcours de médecin.

  • Le Bison
    17 octobre 2013 à 13 h 32 min -

    Je ne connais pas vraiment Ruffin, son pèlerinage à Compostelle étant le seul livre de l’auteur que j’ai eu l’occasion de lire.
    Mais j’ai bien apprécié ce récit. D’abord la forme, le fait que cela ne soit pas à proprement parlé un carnet de voyages, puisqu’il n’a décidé de ne prendre aucune note et de faire marcher ensuite sa mémoire, ses souvenirs. Cela permet d’extraire ce qui l’a vraiment marqué.

    Ensuite, la démarche : expliquer les préparatifs, les rencontres, les impressions qu’elles soient négatives ou positives.

    La dernière page tournée, et je me demande à quand mon tour ? Aurais-je ce courage, cette envie, détermination, de me lancer dans cette aventure ? parce que pour moi, il s’agit bien d’une aventure plus humaine que sportive ou spirituelle.

  • Chinouk
    17 octobre 2013 à 22 h 49 min -

    Oh que oui c’est une aventure humaine. Il a au moins le mérite de souligner le côté mercantile du chemin, ce que font rarement les autres livres du genre. Ce livre q quand même été une bouffer d’air frais , pour moi sur le sujet après l’imbuvable: marcher pour apprendre a aimé !! Mais j’aurai du laissé passé plus de temps entre les 2

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Logo les passions de chinouk