Corse la route des cimes de Cristina Noacco


récit de rando corsePremières phrases
Sept août 2018 : sous le soleil d’Italie, le temps est au départ.
Dans le port de Livourne, Jean-Claude et moi attendons d’embarquer pour Bastia. Devant et derrière sa Clio remplie à craquer de matériel, une file ininterrompue de voitures, comme autant de chenilles processionnaires au printemps. Nous quittons pour trois semaines nos lieux respectifs de séjour, moi l’Italie, Jean-Claude les hauteurs de l’Isère, pour parcourir intégralité du Gr20, le sentier de grande randonnée qui traverse en diagonale, par les crêtes, l’île de Beauté.

Pourquoi ce livre
J’aime les récits de randonnée. Le GR20 – comme les autres grand GR de France – me fascine. Comme je ne pense pas fouler de mes pas ce GR mythique qui est tout de même le plus dur d’Europe, c’est par procuration que je vais faire la randonnée en suivant Christina Noacco.

Ce petit livre est un cadeau-surprise de la maison d’édition Transboréal. Je crois qu’il commence à bien me connaître, car ils ont tapé dans le mile avec ce petit « voyage en poche ».

Résumé

À l’été 2018, Cristina Noacco s’élance sur le GR20. Elle s’apprête à traverser pour la deuxième fois la Corse, du nord-ouest au sud-est, par le sentier réputé le plus dur et le plus beau d’Europe. Cette aventure, qui la conduira par des variantes alpines jusqu’à des sommets vertigineux, est l’occasion d’évoquer l’histoire et les mutations du chemin, l’enchantement des sens au contact de la nature, et des rencontres avec des personnalités au caractère bien trempé.

Mon avis sur Corse la route des cimes de Cristina Noacco

Avec « Corse la route des cimes », nous allons suivre Cristina et son ami Jean-Claude pendant deux semaines. Tout au long de ces 180 km, elle nous parlera du changement qu’a subi le sentier depuis son premier passage dans l’autre sens et des rencontres faites en chemin.
C’est d’ailleurs sur celles-ci que l’auteure met l’accent.

De très belles rencontres et de magnifiques paysages qui pourraient vite faire oublier aux novices la dureté du chemin. Une pénibilité qui ressort très peu (voire pas) dans ce récit. J’imagine que ce n’était pas le but, il faut dire aussi que Cristina et Jean-Claude ont l’habitude de randonner en montagne, ils se sont d’ailleurs rencontrés lors d’un trek au Népal.

J’ai eu légèrement peur au début de ma lecture, car après le récit de ses trois premiers jours, j’ai eu l’impression que Cristina Noacco avec fait ces trois jours les doigts dans le nez, alors que ce sont trois des plus dures étapes du parcours. Moi, pour pouvoir me projeter, j’ai besoin que l’auteur me fasse vivre son ressenti. Aucune mention de dureté ici, j’ai même eu l’impression qu’elle flânait le nez au vent.
Ce petit désagrément passé, elle a tout de même réussi à m’embarquer avec elle grâce à sa très belle plume.
J’ai compris qu’elle souhaitait mettre l’accent sur les rencontres, les histoires du chemin et nous partager son amour pour l’île de beauté.

Finalement, c’est bien agréable de marcher sur le GR20 sans se fatiguer.

Même si je n’ai pas vécu l’aventure aussi intensément que pendant ma lecture de « Pyrénées la grande traversée » de Christophe Houdaille, « Corse la route des cimes » de Cristina Noacco est un très beau récit qui vous fera aimer la Corse et que je recommande même aux personnes qui ne sont pas adeptes des récits de voyage.

Car outre le récit de sa randonnée, c’est une vraie ode à la Corse que nous propose Cristina Noacco dans ce livre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Logo les passions de chinouk