Trois fois la fin du monde de Sophie Divry


livre trois fois la fin du mondePremière phrases
Ils ont tué mon frère. Ils l’ont tué devant la bijouterie parce qu’il portait une arme et qu’il leur tirait dessus. Ils n’ont pas fait les sommations réglementaires, j’ai répété ça pendant toute la garde à vue. Vous n’avez pas fait les trois sommations, salopards, crevards, assassins. Les flics ne me touchent pas, à quoi bon, ils savent que je vais en prendre pour vingt ans pour complicité. Moi j’attendais dans la voiture volée.

Pourquoi ce livre
J’aime énormément les livres qui parlent de « survie », d’errance solitaire. Alors forcement que le livre de Sophie Divry m’a interpellée. Sur le même thème, je vous recommande Dans la foret de Jean Hegland et Le Mur de Marlen Haushofer. Toutefois, « Trois fois la fin du monde » ressemble plus au roman de Marlen Haushofer qu’à celui de Jean Hegland. Je remercie NetGalley et les éditions Noir sur Blanc pour cette lecture.

Mon avis sur Trois foi la fin du monde de Sophie Divry

Joseph va suivre Tonio, son grand frère, dans un braquage organisé par celui-ci qui va mal tourner.
Tonio est tué et Joseph est mis en prison. Une expérience extrêmement dure pour ce jeune homme de 22 ans. Son seul tort est de s’être fait embobiner par son grand frère délinquant récidiviste. Ses trois ans de prison vont être un enfer pour lui, mais un jour l’explosion d’une centrale nucléaire d’un nouveau genre va décimer les trois quarts de la population française et tout ce qui se trouve au sud de la ligne Nantes-Besançon est déclaré zone interdite. Certaines personnes (mais très peu) se retrouvent miraculeusement immunisées, c’est le cas de Joseph, qui en profite pour s’évader lors d’un transfert de sa prison vers la zone « safe ».
Commence alors pour Joseph un nouvel apprentissage. Il se réfugie au fin fond du Lot, sur un Causse désertique. Il visite les maisons à la tombée de la nuit pour y trouver de la nourriture. Il se cache, de peur que la police vienne le récupérer. Puis petit à petit, il se détend. Il se rend compte que personne ne viendra le chercher. Il améliore son quotidien, il fait du feu dans sa petite ferme, il chasse. Il trouve un bouc, puis une petite chatte. Il va se prendre d’affection pour ses animaux qui sont, pour lui, une belle raison de vivre.
Quand arrive pour Joseph sa troisième fin du monde.

Comment vous dire que j’ai surkiffé ce livre ! Blottie dans mon canapé par une après-midi de tempête, je l’ai lu d’une traite, impossible de lâcher avant la fin.

Dès les premières pages, j’ai été captivée par cette histoire, même la première partie où le protagoniste est en prison m’a énormément plu.
C’est excessivement bien écrit. Sophie Divry a une écriture poétique, tout en finesse, malgré la gravité de l’histoire.

J’ai eu beaucoup d’empathie pour Josheph, sa relation avec ses animaux et particulièrement ses chats est magnifique. J’aurais aimé vous mettre un passage avec Tigre, le petit chaton, qui m’a beaucoup touchée, mais il est trop spoliant.

Moi qui rêve d’effectuer une retraite solitaire, dans un chalet en montagne ou en Aubrac (pour lire et écrire), j’ai assez bien visualisé les journées de Joseph, et les descriptions m’ont beaucoup plu. Des petits airs à Walking Dead aussi quand le protagoniste part en vadrouille pour trouver des vivres. Il a quand même de la chance, car dans la grande ville la plus proche il y a un Intermarché rien que pour lui, et sans queue à la caisse. 🙂

Ce livre arrive en seconde place dans mes coups de cœur de la rentrée littérature ! Un petit bijou que je vous recommande fortement.

Il est certain que je vais sérieusement me pencher sur les autres écrits de Sophie Divry !

Trois foi la fin du monde de Sophie Divry

10

L'ECRITURE DE L'AUTEUR

10.0/10

L'HISTOIRE

10.0/10

Infomations

  • NOIR BLANC (23 août 2018)
  • 240 pages
  • 16 €

4 commentaires

  • Virginie
    26 septembre 2018 à 12 h 55 min -

    J’ai beaucoup aimé aussi !

    • Chinouk
      2 octobre 2018 à 18 h 00 min -

      Une très très belle découverte ! un livre dont on entant pas trop parler, c’est bien dommage je trouve.

  • Virginie
    26 septembre 2018 à 20 h 14 min -

    oups ! sinon, c’est « Trois foiS la fin du monde », le titre..

    • Chinouk
      2 octobre 2018 à 17 h 57 min -

      oups 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.