Sukkwan Island de David Vann Gallmeister


Premières phrases du livre :

On avait une Morris Mini, avec ta maman. C’était une voiture minuscule comme un wagonnet de montagnes russes et un des essuie-glace était bousillé, alors je passais tout le temps mon bras par la fenêtre pour l’actionner.
Ta maman était folle des champs de moutarde à l’époque, elle voulait toujours qu’on y passe quand il faisait beau, autour de Davis.

 

sukkwan island david vann

Pourquoi ce livre :

J’ai lu Sukkwan island de Davis Vann pour la première fois en février 2010. Pour l’anniversaire des 10 ans de Gallmeister, j’ai eu envie de relire ce livre et par la même occasion de vous en parler sur mon blog.
Tout pile 6 ans plus tard, me revoilà en route pour cette île du bout du monde.

Mon avis sur Sukkwan Island de David Vann

Jim décide de partir vivre pendant un an avec Roy, son fils de 13 ans sur une île sauvage du Sud de l’Alaska. Une île humide et montagneuse où les seuls moyens d’accès sont le bateau ou l’hydravion.
Très vite, on se rend contre qu’il va se passer quelque chose. Cette année sabbatique n’a pas du tout l’air préparé, rien ne fonctionne comme il faudrait et le comportement de Jim est de plus en plus étrange.
Roy sent que quelque chose ne va pas, il voudrait retrouver sa mère et sa sœur en Californie, car le climat de l’île est vraiment exécrable et son père lui fait de plus en plus peur.

p107
« ça souffle comme s’il ne devait pas y avoir de lendemain, fait son père. Comme si la pluie cherchait à effacer tous les jours du calendrier »

Avant d’entamer ma lecture j’ai eu une petite appréhension : allais-je prendre autant de plaisir avec cette relecture que lorsque j’ai découvert ce livre en 2010?
La réponse est oui ! Je ne me souvenais pas bien des détails de cette histoire, j’ai donc reçu, pour la seconde fois, un grand coup à l’estomac en lisant la dernière phrase de la première partie (vous savez la fameuse page 113 dont tout monde parle!)

Quand on sait que ce livre est le premier roman de David Vann, cela en dit long sur le talent de cet auteur !
Des phrases courtes, un rythme soutenu, rude, l’auteur n’accorde aucun répit à son lecteur.
J’ai tout aimé de ce livre : le lieu, les personnages, la construction du récit.

Dès les premières phrases, le doute s’installe, on devine très vite qu’il va se passer quelque chose, la tension monte de page en page jusqu’ à la fin de la première partie. Et là, c’est l’uppercut : KO net !

Il vous faudrait quelques minutes pour vous en remettre – du moins, c’est ce qui m’est arrivé –, je ne pouvais pas tourner la page – pourquoi nous as-tu fait cela, David ?

Après un moment de flottement, je me suis fait à l’idée qu’il allait falloir poursuivre l’aventure et malgré tout, j’ai tout autant apprécié la seconde partie.

Sukkwan island est un livre d’une force incroyable, j’avais prévu une soirée spécialement pour le lire d’une traite et je ne le regrette pas.
Mon escapade en Alaska fut brève, mais intense !

carte sukkwan island

Si l’envie vous prends: Sukkwan Island c’est ici.

je suis contente d’avoir croisé la route de DAvid Vann au festival des étonnants voyageurs.

dedicace david vann

Un immense merci aux éditions Gallmeister qui ont eu la très bonne idée de faire découvrir cet auteur incroyable aux lecteurs francophones que nous sommes.

Sukkwan Island - Davis Vann

10

L'ECRITURE DE L'AUTEUR

10.0/10

L'HISTOIRE

10.0/10

En résumé

  • Un livre coup de poing !
  • PRIX MEDICIS ETRANGER 2010

Infomations

  • Editions Gallmeister Totem (2 février 2017)
  • 192 pages

13 commentaires

  • Léa Touch Book
    25 février 2016 à 19 h 18 min -

    oooh une belle dédicace 🙂
    Ce livre est un coup de poing littéraire tu as raison ^^

  • Marie-Claude
    25 février 2016 à 23 h 55 min -

    Je suis verte de jalousie de ta dédicace!!!
    Ce roman a été un coup de coeur. Mon premier David Vann – mon premier Gallmeister. Je ne m’en suis pas encore remise!

    • Chinouk
      12 mars 2016 à 11 h 48 min -

      Premier David Vann pour moi aussi C’est un roman- choc même à la seconde lecture. Et ma signature j’en suis contente d’autant que je l’ai croisé au détour d’une allée donc même pas de queue à faire. Tu te ballade et BIM tu tombes sur David Vann, normal 🙂

  • keisha
    26 février 2016 à 9 h 13 min -

    A force d’entendre parler de la fameuse page 113, je l’ai lue avant d’y arriver, je n’ai même pas compris sur le coup, et quand j’y suis arrivée, je n’ai pas bien compris comment ça arrivait. Désolée, ça m’a déçue de ne rien comprendre. Sans doute ai-je trop les pieds sur terre.
    Mais ensuite la vie dans la forêt ça m’a beaucoup plu!
    Cependant je n’ai plus pu lire un autre livre de l’auteur;
    Voilà, voilà, j’adore être parfois à contre courant.

    • Chinouk
      12 mars 2016 à 11 h 43 min -

      Ah ben c’est malin !!! 🙂 Pourquoi tu bloques sur l’auteur si tu as aimé 50% du livre ? Désolation ou même Derniers jours sur terre son très bon pourtant.

  • Electra
    26 février 2016 à 12 h 58 min -

    Keisha : désolée, tu n’aurais jamais du lire cette page avant d’y arriver – forcément tu savais déjà et ta lecture en a été changé (je faisais ça ado, je lisais souvent la fin..).
    Moi ça m’a beaucoup marqué mais bizarrement je fais comme un blocage depuis !

    • Chinouk
      12 mars 2016 à 11 h 41 min -

      Un blocage à quel sujet ? pour relire le livre ?

  • nansou
    27 février 2016 à 15 h 37 min -

    Super une dédicace !

    hum faut que j’arrête de venir par chez toi, ma PAL augmente trop !

    • Chinouk
      12 mars 2016 à 11 h 40 min -

      Gniak, Gniak, Gniak 🙂

  • Louise
    16 mars 2016 à 16 h 02 min -

    J’ai lu l’adaptation BD de ce roman (j’ai beaucoup aimé) mais cet auteur je ne l’ai encore jamais lu. Et tant mieux ça me réjouit car ça veut dire qu’il me reste plein de bons romans à découvrir.

    • Chinouk
      27 mars 2016 à 18 h 57 min -

      Tu as beaucoup de chance d’avoir encore tout David Vann à découvrir. La Bd me tente énormément.

  • le Bison
    12 avril 2016 à 22 h 07 min -

    Depuis le temps, je pensais que tout le monde l’avait lu, surtout une voyageuse comme toi, passionnée par la neige de pete fromm. Ce Vann, un livre coup de poing. L’un des meilleurs que j’ai jamais lu. Cet Alaska te transforme, te bouleverse, te chavire, magnifique, sublime, grandiose. Dur, mais la vie en Alaska doit être dure aussi.

    • Chinouk
      14 avril 2016 à 12 h 22 min -

      oui, oui je l’avais déjà lu, tu penses bien… dès sa sortie même ! Mais pour les 10 ans de Gallmeister j’ai eu envie de me replonger dedans 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Logo les passions de chinouk