Marcher pour apprendre à aimer – Gérard Trèves


 Marcher pour apprendre à aimer - Gérard Trèves « Lorsque vous avez aperçu la couverture de ce livre sur Saint-Jacques- de-Compostelle, vous vous êtes sûrement dit : « Tiens ! Encore un livre sur le Chemin… » Par simple curiosité, vous avez pris le livre en main et vous avez lu la 4e de couverture pour en savoir davantage. Cet ouvrage est le témoignage de mon retour à pied de Saint-Jacques-de-Compostelle avec des rencontres exceptionnelles, de longues traversées solitaires, des incidents techniques dus à la marche quotidienne et petit à petit, l’élévation de l’âme vers le spirituel… Tout au long de ce retour, j’ai relaté dans mon petit carnet de voyage mes réflexions, mes observations et la transformation que je sentais là, au fond de moi. Mon tempérament de Marseillais m’ouvrait sur les autres mais écrire n’était pas habituel pour moi : je voulais exprimer l’importance d’une rencontre, la signification d’une attitude, la compréhension d’un fait troublant et comment, tout au long de ces 2000 kilomètres de retour vers ma maison, j’ai parfois senti monter en moi un sentiment d’abandon, espérant pourtant à chaque étape, le soir, un changement profond de mes mauvaises habitudes ».

Pourquoi ce livre ?
Faire le chemin de Compostelle me tente énormément, alors quand j’ai vu ce livre en librairie j’ai sauté dessus bien que j’ai quand même un peu tiqué sur le titre.
Note :6/10
Mon Avis :
Faire le chemin de Compostelle me tente énormément, alors quand j’ai vu ce livre en librairie j’ai sauté dessus bien que j’ai quand même un peu tiqué sur le titre.

J’ai mis beaucoup de temps à lire ce livre ! Il était impossible pour moi d’en lire plus de 2 ou 3 pages par jour et pourtant il m’était impossible de ne pas le finir ! Étrange comme sensation !

Ce livre est le récit de Gérard dit la tortue. Gérard ayant eu la polio petit, il ne peut pas marcher bien vite à cause d’une jambe abîmée (mais il est aussi surtout très bavard avec les pèlerins qu’il croise, cela n’aide pas non plus à avancer).

La construction du livre est agréable : au jour le jour. Ce que j’ai trouvé sympa aussi, c’est qu’à chaque étape il y ait le tampon de son hébergement du jour, comme sur sa credencial.

Dès les premières pages, j’ai pris ce pauvre Gérard en grippe ! Il faut d’abord poser le contexte : l’année d’avant ce récit, il a effectué le chemin de Compostelle dans le sens le plus courant c’est-à-dire : du Puy-en-Velay à St-Jacques, puis l’année d’après il décide de faire le chemin de retour : de St-Jacques à chez lui.

Et ce qui me sortait de mes gonds, c’est qu’à chaque fois qu’il rencontrait quelqu’un il ne pouvait s’empêcher de se « vanter » qu’il faisait le chemin de retour !!! Oui, mais non Gérard, rien de fantastique la dedans puisque l’aller date de l’année précédente ! A chaque hébergement, il faisait jouer cela pour avoir une place : vous n’allez tout de même pas laisser un pèlerin sur le chemin du retour dehors !
Entendre (lire) cela, chaque page m’a vraiment énervée ! Autre chose aussi : le nombre de personnes qu’il a croisées qu’il connaissait ou qui connaissait quelqu’un qui connaît… est impressionnant ! On aurait dit que tout Marseille (il est marseillais) et tout Annecy (il n’habite pas loin ) étaient sur le chemin. Et je vous passe ses délires dans lesquels les oiseaux lui parlaient…

Ce qui m’a aussi dérangée c’est que Gérard dénigre les randonneurs (peut-être parce que je suis concernée) ! Eh oui Mr la Tortue pas besoin d’être un fervent croyant pour faire le chemin, cela ne retire en rien le mérite des kilomètres à parcourir ! Et si les gens ne marchent que 5 jours ? Et alors ? Tout le monde ne peut pas partir 3 mois comme vous !

J’ai aussi trouvé ce livre un peu trop axé sur la religion (d’où mes craintes au vu du titre), mais passé ces détails j’ai quand même apprécié de lire ses rencontres et ses pérégrinations. Il aurait été un poil plus modeste que cela n’aurait rien enlevé à son aventure.


Marcher pour apprendre à aimer – Gérard Trèves – Pocket(2 mai 2013) – 624 pages- 8.10€

6 commentaires

  • keisha
    20 août 2013 à 14 h 49 min -

    Tu as bien de la persévérance… ^_^

    • Chinouk
      20 août 2013 à 17 h 49 min -

      oui 🙂 je ne sais pas pourquoi mais je ne pouvais pas ne pas le finir ! étrange comme sensation 🙂

  • le Bison
    29 août 2013 à 17 h 17 min -

    Tiens encore un livre sur Saint-Jacques-de-Compostelle !
    Çà tombe bien, je suis en train d’en lire un autre…

    • Chinouk
      3 septembre 2013 à 11 h 27 min -

      Je viens d’en finir un autre aussi. Je surveille ton billet 🙂

  • Marcloti
    21 octobre 2013 à 21 h 22 min -

    Coucou,

    Je l’ai rencontré personnellement ce Gérard, en faisant dédicacer son bouquin pour offrir à mon papa, il y a deux ans. Comme toi, je saute sur tous les bouquins parlant de Compostelle! Mon père l’a fait deux fois, en 2010 et en 2012 (à 70 et 72 ans!), et à la routarde, dormant parfois dehors, et en deux mois à chaque fois… (Bref, je suis très fière de mon papa!!!)

    • Chinouk
      23 octobre 2013 à 15 h 01 min -

      Tu peux être fière de ton papa! Bravo à lui.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Logo les passions de chinouk