Le tao du velo – Julien Leblay


Le tao du velo - Julien Leblay
Avec le Tao du vélo , je découvre Julien Leblay, un cyclovoyageur dont vous entendrez sûrement parler de nouveau sur mon blog prochainement.

Je trouve toujours agréable, entre deux grosses lectures, de me plonger dans une petite philosophie du voyage, cette petite collection où des passionnés nous parlent avec leur cœur de ce qui les fait vibrer au travers d’anecdotes de voyage et de réflexions. Personnellement je me tourne essentiellement vers les petites philosophies qui se rapportent au voyage ou à la nature mais il y en a vraiment pour tous les goûts.

Mon avis sur Le tao du velo de Julien Leblay

Le Tao du vélo en est à sa deuxième réédition, je suis contente d’avoir pu trouver la première car la couverture me plaît énormément et me correspond plus que la nouvelle.

Étant dans une période où je redécouvre le plaisir de la randonnée à vélo, je me suis donc tournée vers le Tao du Vélo de Julien Leblay. Dès les premières phrases j’ai été happée par l’écriture et les anecdotes de Julien qui d’entrée de jeu nous emmène à Puta Arena (Chili).

C’est à l’âge de 16 ans, suite à un grave accident de tracteur que Julien découvre le vélo.
Utile à sa rééducation dans un premier temps, il devient vite un moyen de découvrir sa région puis le monde.

p19 : «La meilleure rencontre que l’on puisse faire dans un voyage solitaire, c’est soi-même »

Dans cette petite philosophie, il est exclusivement question du cyclorandonneur, celui qui prend le temps d’apprécier son voyage, qui préfère être chargé comme une bourrique, sous peine de peiner dans les montées et devoir pousser sa monture mais qui sera récompensé par un bon repas arrivé en haut. A la différence du cycliste, qui le nez dans le guidon, ne pense qu’à la performance.

p65 « Bien plus que les mollets, c’est la tête qui fait avancer »

Le voyage à vélo interpelle et occasionne souvent de belles rencontres, comme en Serbie où même s’il n’a rien trouvé de chouette au pays, il a été enchanté par tous les habitants qu’il a croisés.

Au travers de ses réflexions sur ses voyages en Amérique du Sud et en Nouvelle-Zélande, l’auteur m’a donné envie de découvrir ses autres livres, que je vais me procurer prochainement et qui sont disponibles sur son site.

À tous les amateurs de randonnée à vélo, précipitez-vous sur ce petit livre qu’il est d’ailleurs possible de glisser dans son sac à dos. Pour les autres, cette lecture vous donnera sûrement envie de vous lancer à votre tour.

8 €
8.5

L'écriture de l'auteur

8.5/10

Le récit

8.5/10

Infomations

  • Transboréal (20 mai 2010)
  • Petite philosophie du voyage
  • 96 pages

2 commentaires

  • keisha
    24 octobre 2014 à 15 h 07 min -

    M’enfin, cette collection est du tonnerre!
    J’ai aussi emprunté le Vann que tu es en train de lire… Totale synchronisation! ^_^

    • Chinouk
      2 novembre 2014 à 16 h 23 min -

      Hate d’avoir ton avis sur Le David Vann !!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Logo les passions de chinouk