Le Postier de Charles Bukowski


Rédigé le 15 novembre 2020

livre le postier Charles BukowskiPremières phrases du livre :
ça a commencé par erreur.
C’étaient les fêtes de Noël et j’avais appris par le pochard en haut de la côte, qui faisait le coup chaque Noël, qu’ils embaucheraient carrément n’importe qui, alors j’y suis allé et sans avoir le temps de réaliser je me suis retrouvé avec une sacoche en cuir sur le dos à cavaler comme bon me semblait. Parlez d’un boulot, que je pensais. Peinard ! Ils vous donnaient juste un ou eux pâtés de maisons à faire et si vous arriviez à finir, le facteur titulaire vous en donnait encore un autre à distribuer, ou alors vous pouviez rentrer et le chef vous en donnait un autre, mais surtout vous preniez bien tout votre temps pour fourrer ces cartes de Noël dans les fentes.

Pourquoi ce livre :
En 2021, j’ai décidé de me pencher plus sérieusement sur les ouvrages de mes auteurs US « Classique » préférés : Fantes, Steinbeck, London, Kerouac, Harrison, Bukowski… On est encore en 2020, mais je prends de l’avance 🙂
J’adore Bukowski et pourtant je n’ai lu que Factotum ( lien) , un titre que j’ai surkiffé ! J’ai donc profité de l’apparition de l’auteur chez les éditions 1018 pour me pencher sur Le Postier, son premier roman, et commencer ainsi ma plongée dans l’œuvre de l’auteur.

Mon avis pour Le Postier de Charles Bukowski

Avec « Le Postier », Charles Bukowski nous propose un premier roman autobiographique qui laisse présager du très bon à venir ! Il n’est pas encore écrivain quand il se lance dans cette aventure mais postier.  Et c’est cette partie de sa vie qu’il nous raconte ici. Plus de dix ans de galère à gérer des tournées pas toujours faciles, faire des heures sup non payées, supporter des chefs exécrables et des clients parfois emmerdeurs.

Henry Chinaski, le double littéraire de Charles, entre deux tournées passe son temps à boire, baiser et jouer aux courses. Une activité où il est plutôt bon d’ailleurs.
L’alcool coule à flots dans ce roman, mais quand on connait Buk on ne s’en offusque pas et l’on trouve même cela presque normal, car cela fait partie intégrante du personnage. 

Cette lecture confirme que j’aime énormément l’écriture de Bukoswki, car elle est sans fioriture, elle va à l’essentiel. Elle est immersive et l’on plonge instantanément en apnée dans sa vie et ses galères.

Bien que ce livre soit peut-être un peu cru, j’ai beaucoup ri. Bukoswki est comme un vieux pote qui nous raconte ses misères. Lui galère et nous on l’écoute et on en redemande !

Si vous ne connaissez pas l’auteur, il faut absolument le découvrir , et pourquoi pas avec « le Postier », qui est un petit livre qui se lit tout seul !
Pour ma part, je vais très vite retrouver l’auteur avec Pulp, qui est pour le coup son dernier roman, et puis j’enchaînerai avec tous les autres.

Le Postier de Charles Bukowski

8.5

L'ECRITURE DE L'AUTEUR

8.5/10

L'HISTOIRE

8.5/10

En résumé

  • Traduit par Philippe Garnier
  • Titre V.O. : Post Office

Infomations

  • Editions 1018 - 8 octobre 2020
  • 240 pages

4 commentaires

  • electra
    16 novembre 2020 à 16 h 43 min -

    je n’ai jamais accroché à cet auteur, peut-être qu’avec l’âge mon avis a évolué ?

    • Chinouk
      18 novembre 2020 à 15 h 52 min -

      Après vu l’écriture, ou on aime ou on déteste je pense 🙂

  • le Bison
    17 novembre 2020 à 14 h 28 min -

    Avec Fante et Bukowski, tu touches là à deux de mes auteurs favoris. Jim, est d’ailleurs tout près de ces deux-là…

    • Chinouk
      18 novembre 2020 à 15 h 52 min -

      Que du bon 🙂 je mettrais tout de même Jim en premier moi 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.