Le chant de la frontière de Jim Lynch


Rédigé le 24 avril 2020

Gallmeister Le chant de la frontière LYNCH JIM  Premières phrases du chant de la frontière:
Tout le monde se souvenait de la nuit où Brandon Vanderkool avait survolé le champ de neige des Crawford et capturé le Prince et la Princesse de Nulle Part.
Cette histoire était si insolite et elle fut répétée tant de fois de manière si vivante qu’elle s’incrusta dans les mémoires des deux côtés de la frontière, au point d’oublier qu’on n’en avait pas été témoin personnellement.

Pourquoi ce livre:
J’ai découvert Jim Lynch il y a deux ans avec « Face au vent » qui m’avait assez plu, j’ai enchaîné de suite avec « les grandes marées » un roman sublime ! C’est donc avec une grande joie que je me lance dans la découverte du chant de la frontière, paru dernièrement chez Gallmeister.

Mon avis sur Le chant de la frontière de Jim Lynch

Dans le chant de la frontière, nous allons faire la connaissance de Brandon Vanderkool, un jeune homme au physique imposant qui a une passion dévorante pour les oiseaux. Son père, fermier de son état, le pousse à s’engager dans la Border Patrol de sa région, où il sera chargé de surveiller la frontière entre les États-Unis et le Canada des trafiquants et migrants.
Brandon est dyslexique et sûrement un peu autiste, ce qui lui confère une perception unique du monde, il perçoit ce que les autres ne voient pas. Un don qui l’aide énormément dans son boulot. Tout en s’adonnant à son passe-temps favori : compter les oiseaux, il enchaîne les arrestations. Cette efficacité soudaine fait de lui un héros dans sa petite ville frontière. Mais Brandon se fiche de cette notoriété, car lui tout ce qui l’intéresse c’est les oiseaux et Madeline, sa voisine de toujours, qui elle décide de s’initier au trafic de drogue.

Tout comme Miles dans les grandes marées, Brandon m’a énormément plu. Jim Lynch a vraiment bien travaillé son personnage principal et tout fait pour nous faire ressentir le monde à son niveau.
Brandon est un bon garçon, amoureux de la nature, il adore faire du land art, compter les différentes espèces d’oiseau qu’il croise, imiter leurs cris pour communiquer avec.
Le contexte de l’histoire est lui aussi intéressant, une région agricole assez pauvre, coupée en deux par un talus qui représente la frontière entre le Canada et les États-Unis. Le trafic de drogue est florissant et la tentation d’arrondir ses fins traverse l’esprit des fermiers dont les terres bordent cette frontière, car ils ont vraiment du mal à joindre les deux bouts.

J’ai vraiment apprécié cette lecture, la nature y est belle et omniprésente et j’adore ça. J’ai eu beaucoup d’empathie pour Brandon et son père. En revanche, le côté trafiquant de drogue avec Madeline m’a un peu ennuyée, je dois avouer, mais c’est secondaire.
Dans son ensemble, le chant de la frontière est un très beau livre que je vous recommande chaudement.

Le chant de la frontière de Jim Lynch

7

L'ECRITURE DE L'AUTEUR

7.0/10

L'HISTOIRE

7.0/10

En résumé

  • Traduit par Jean Esch
  • Titre V.O. : Border Song

Infomations

  • Gallmeister Totem
  • 05/03/2020
  • 400 pages

2 commentaires

  • Electra
    28 avril 2020 à 21 h 15 min -

    je dois toujours le lire -j’ai son roman (les grandes marées) en vo depuis fort longtemps.. tu m’y fais penser !

    • Chinouk
      30 avril 2020 à 14 h 32 min -

      N’hésite surtout pas à sortir les grandes marées de ta pal, il est sublime ! et dépaysement garanti !!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.