L’ours d’Andrew Krivak


Rédigé le 2 novembre 2021

livre L'ours d'Andrew Krivak
Premières phrases du livre :
Les deux derniers étaient une fille et son père qui vivaient le long de l’ancienne chaîne de l’est sur le flanc de la montagne qu’on appelait la montagne  isolée. L’homme était venu là avec une femme quand ils étaient jeunes et ils avaient construit une maison en bois avec des pierres arrachées au sol et du ciment confectionné en faisant chauffer du calcaire dans un feu. Elle se situait à mi-pente de la montagne et donnait sur un lac entouré de bouleaux et de buissons de myrtilles gonflés en été de volumineuses grappes de fruits que la fille et son père cueillaient en naviguant tous les deux le long de la rive dans un canoë.
Pourquoi ce livre
C’est le titre de ce livre qui en premier a attiré mon attention, puis le résumé a fini de me séduire. Une histoire post-apocalyptique comme je l’ai aime. De plus, je ne suis jamais déçu des titres de la maison d’édition Globe. C’est donc avec un grand plaisir que je me suis lancée dans la lecture de ce petit ouvrage.

L’ours d’Andrew Krivak – Mon avis

Avec L’Ours de Andrew Krivak  nous allons suivre un père et sa fille qui sont les seuls humains survivants. Ils vivent dans la nature, au bord d’un lac entouré d’arbres centenaires et d’animaux.
Au fur et à mesure que la fille grandit, son père lui apprend tout ce qu’il peut, pour la préparer à une vie en harmonie avec la nature. Un jour, le père et la fille partent en expédition pour aller chercher du sel, et un malheur arrive. La fille se retrouve seule et c’est l’ours du titre qui lui servira de guide ultime pour s’orienter à travers un environnement aussi rude que prodigue, dans une communion élégiaque.

Bon alors, comment vous expliquer mon ressenti à propos de cette lecture, je l’ai autant adorée que je ne l’ai pas aimée. Non en fait, ce n’est pas que je ne l’ai pas aimée, c’est plutôt qu’il m’a été impossible de rentrer dedans.

Mais en premier lieu, je tenais à saluer l’extrême beauté de l’écriture de Andrew Krivak. Elle est tout simplement sublime. Ses mots sont doux et poétiques. Il a une plume magnifique que j’ai hâte de découvrir dans un autre roman.

Maintenant, il m’a été impossible de rentrer dans l’histoire, car il s’agit ici d’une sorte de conte, car la fille et son père vivent dans un endroit où les animaux communiquent avec les hommes (l’auteur nous dit d’ailleurs qu’ils l’ont toujours fait, mais que les hommes ont arrêté de les écouter), où du moins sont des guides spirituels. Et personnellement, je n’ai pas réussi à intégrer cela, trop onirique pour moi. Le fait aussi que les deux personnages n’aient pas de prénoms, je n’aime vraiment pas ce procédé, cela m’empêche de m’attacher aux personnages et me détache complètement de l’histoire.

Pour toutes ces raisons, je suis héla passée à côté de ce magnifique petit roman qui m’a tout de même séduite pas la beauté de son écriture. C’est assez contradictoire comme ressenti, je sais:)

N’hésitez pas à vous faire votre propre avis, et à découvrir la sublime écriture d’Andrew Krivak

L'ours d'Andrew Krivak

7

L'HISTOIRE

5.0/10

L'ÉCRITURE DE L'AUTEUR

9.0/10

En résumé

  • Traduit par Héloïse Esquié
  • Titre V.O.: The Bear

Infomations

  • Editions Globe -1 septembre 2021
  • 160 pages

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.