Impurs de David Vann chez Gallmeister


livre impurs gallmeisterPremières phrases d’Impurs:
Galen attendait sa mère sous le figuier. Il lisait Siddhartha pour la centième fois, le jeune bouddha contemplant la rivière. Il sentait l’énorme présence du figuier au-dessus de lui, écoutait le non-vent, le calme. La chaleur estivale accablante, aplatissant la terre. La sueur comme une pellicule recouvrant presque tout son corps, une enveloppe. Cette vielle maison, les arbres séculaires. L’herbe déjà haute qui lui grattait les jambes. Il essaya malgré tout de se concentrer. D’entendre le non-vent. De se focaliser sur sa respiration. De faire abstraction du non-soi.

Pourquoi ce livre
Je suis une fan inconditionnelle de David Vann. Impurs est son troisième roman. Il est sorti depuis un moment ( juin 2016 en Totem), et pour je ne sais quelle raison, ce titre me faisait assez peur. Il y a qu’aussi j’aime bien toujours avoir un titre non lu de mes auteurs chouchous sur mes étagères (au cas où).
Impurs est donc à ce jour, le seul livre de David Vann que je n’ai pas lu, et comme je souhaite vous faire un classement de mes titres préférés de l’auteur, il fallait bien que je le lise lui aussi, alors c’est parti !

Mon avis pour Impurs de David Vann

En plein milieu de l’été 1985, en Californie, nous faisons la connaissance de Galen, un jeune homme de 22 ans qui vit seul avec sa mère. Ils ne s’entendent pas et ont une relation mère-fils assez compliquée et oppressante.
Galen, est un adepte de la méditation, il passe le plus clair de son temps à méditer et lire Siddharta sous le grand figuier du jardin. Les seules membres de la famille qu’ils côtoient sont la sœur de sa mère — qui pour on ne sait quelle raison le déteste —, son aguichante cousine et sa grand-mère qui perd complètement la mémoire. Il y a beaucoup de rancœur entre la mère et la tante et une fois que la noirceur de chacun se sera révélée au grand jour, rien ne pourra plus les préserver du pire.

Alors que dire d’impur ? Si ce n’est que ce fut une grande déception pour moi ! Je suis complètement passée à côté de ce que David voulait me proposer avec ce livre, pourtant tous les éléments étaient là pour que j’adhère au roman, et malgré tout je me suis royalement ennuyée.

C’est dans la touffeur de l’été californien que David Vann installe ses personnages, une chaleur infernale qui rend fou,  mais idéal pour y installer un huis clos. Dans la première partie du livre, l’auteur met les personnages en places et installe petit à petit l’intrigue en parsemant des infos qui titillent le lecteur. Puis comme à son habitude, au milieu du roman l’histoire bascule. La mère de Galen part en vrille et celui-ci ne la comprenant plus part lui aussi en vrille . Galen est tellement dans son trip méditation qu’il en devient incontrôlable et je crois que c’est cela qui, moi, m’a perdu !

Je dois vous dire que si Impurs n’avait pas été écrit par David Vann, je l’aurais abandonné après une cinquantaine de pages, ici je savais que l’histoire allait basculer alors j’ai persisté. Et effectivement, au centre du récit il y a la bascule que j’ai tant attendue, mais voilà, très vite le soufflet est redescendu et j’ai trouvé la fin du livre très long !

Je ne sais pas pourquoi je n’ai pas accroché, tout était là pour me plaire : le huis clos, les personnages torturés, l’écriture de l’auteur. J’aimerais pouvoir dire que ce n’était pas le bon moment, sauf que j’avais déjà tenté de le sortir de ma pal et que je l’avais reposé après quelques pages.
Il faut croire que ce livre et moi n’étions pas faits pour nous plaire. Je n’ai pas ressenti la tension psychologique que l’auteur a voulu créer et je n’ai pas du tout accroché au personnage de Galen.
En conclusion, d’après les avis que j’ai lus sur « Impurs » c’est soit on l’adore, soit on le déteste, alors même si je l’ai cordialement détesté, je vous invite à vous en faire votre propre avis.

Vous avez aimé ou détesté Impurs ? N’hésitez pas à me dire pourquoi en commentaire.

Impurs de David Vann |Gallmeister

5.5

L'ECRITURE DE L'AUTEUR

7.0/10

L'HISTOIRE

4.0/10

En résumé

  • Traduit par Laura Derajinski
  • Titre V.O. : Dirt

Infomations

  • Editions Gallmeister - 17 janvier 2017
  • Collection Totem
  • 247 pages

4 commentaires

  • Karine
    11 mars 2020 à 2 h 26 min -

    Ah c’est décevant quand un de « nos » auteurs nous déçoit… Je pense que le nom « Galen » m’aurait arrêtée… ça me fait toujours penser à la veine de Galien! Des fois, je stick sur des conneries!

    • Chinouk
      31 mars 2020 à 9 h 53 min -

      Galen ? ah oui ? pourquoi ?

  • Marie-Claude
    11 mars 2020 à 13 h 03 min -

    J’avais tenté de le lire une première fois. L’aguichante cousine m’était insupportable! Je l’ai mis de côté. J’y suis revenue et là, tout a fonctionné. Faut croire que là, c’était le bon moment.

    • Chinouk
      31 mars 2020 à 9 h 53 min -

      j’ai tenu le coup pour pas avoir à y revenir moi 🙂 et je ne pense pas que je le relirai celui-là…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Logo les passions de chinouk