Des cornflakes dans le porridge : Un Américain chez les Anglais.


Des cornflakes dans le porridge bill brysonPremières phares:
La première fois que je vis l’Angleterre, ce fut par un soir brumeux de mars 1973, en arrivant de Calais par le ferry de minuit. Pendant vingt minutes, le terminal fourmilla d’activité tandis que le flot des voitures et des camions s’écoulait, que les douaniers remplissaient leur office et que tout le monde prenait la direction de Londres. Puis ce fut brusquement le silence, et je me promenai dans les rues endormies, faiblement éclairées et envahies par le brouillard, comme dans un vieux film policier. C’était formidable d’avoir une ville anglaise pour moi tout seul.

Pourquoi ce livre :
C’est toujours avec un réel plaisir que j’ouvre un livre de Bill Bryson, et spécialement ceux où il parle voyage comme « American rigolos : Chroniques d’un grand pays » ou encore « Promenons-nous dans les bois » que j’ai d’ailleurs relu dernièrement avant de voir le film qui en est tiré. Alors quand j’ai vu que dans son nouvel opus il nous emmenait dans un périple à travers l’Angleterre je n’ai pas pu résister. L’Angleterre est un pays que je connais très mal, Bill va donc jouer les guides touristiques pour moi.

Mon avis sur « Des cornflakes dans le porridge »

En 1994 avant de repartir vivre quelque temps aux USA (sa femme anglaise mourait d’envie de connaître la joie de faire ses courses à 22 h), il décide de faire le tour de l’Angleterre à la root : sac au dos et les transports en commun seront de mise. Le réseau ferré de Sa Majesté n’aura plus de secret pour lui. Il retournera à des endroits qu’il a connus, vingt ans auparavant (lorsqu’il était étudiant) et en découvrira d’autres.

Dans ce carnet de voyage, Bill nous emmène dans les coins les plus reculés de l’Angleterre, pays où il vit encore aujourd’hui. Il nous décrit ses journées, ses visites, ses découvertes joyeuses ou non, ses problèmes de logement, de transport, ses rencontres, toujours avec autant d’humour et le ton cinglant qu’on lui connaît. C’est toujours un pur régal de voyager avec Bill.

J’y ai découvert une Angleterre qui ‘était mieux avant’, des coins paumés magnifiques, d’autres que l’on a envie de fuir. Un réseau ferré peu pratique, et des chambres d’hôte épiques !

Dans ce récit, j’ai trouvé tout de même Bill Bryson moins ‘piquant’ que dans ses autres périples, on sent bien qu’il aime profondément ce pays.

Ce fut pour moi une belle balade, j’y ai découvert un pays tel que je l’imaginais, vert avec de belles campagnes, légèrement désuet, mais pas facile à parcourir en transport en commun : qu’on se le dise…

Il me reste 2 de ses livres à lire sur mes étagères (et d’autres en magasin), j’ai hâte, mais je vais faire durer le plaisir, un Bill Bryson ça se déguste…

Connaissez-vous ce livre ? Cet auteur ?

Des cornflakes dans le porridge .

8

L'ECRITURE DE L'AUTEUR

8.0/10

L'HISTOIRE

8.0/10

En résumé

  • Des cornflakes dans le porridge : Un Américain chez les Anglais.

Infomations

  • 304 pages
  • Editeur : Payot (11 mai 2016)
  • Collection : Voyageurs Payot

5 commentaires

  • Electra
    9 août 2016 à 14 h 03 min -

    j’ai son livre « promenons-nous dans les bois » qui m’attend sagement.. par contre, j’ai vu un rayon avec tous ses livres, j’étais étonnée de savoir qu’il était si prolifique ! en tout cas, ton billet me donne furieusement envie de m’y mettre !

  • Léa Touch Book
    11 août 2016 à 20 h 13 min -

    Cela a l’air très amusant ^^

    • Chinouk
      18 août 2016 à 11 h 44 min -

      dépaysant je dirai 🙂

  • keisha
    16 août 2016 à 18 h 07 min -

    J’en lis tout ce que je trouve!!!!

    • Chinouk
      18 août 2016 à 11 h 43 min -

      🙂 moi aussi, du moins tous ses « voyages » pas encore tester : Une histoire du monde sans sortir de chez moi et Une histoire de tout, ou presque.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Logo les passions de chinouk