Le bruissement des feuilles de Karen Viggers


livre Le bruissement des feuilles de Karen ViggersPremières phrases du livre :
Elle dormait, au moment du drame. Elle n’entendit pas les braises se répandre lorsque la bûche roula de la cheminée au sol. Elle rêvait de s’échapper : d’arracher son tablier et de courir pieds nus sur la longue allée parsemée de nids-de-poule, filant devant les rangées de pommiers noueux jusqu’à la route de gravier qui partait de là. Au cours de ses seize années de vie, elle n’avait emprunté cette route qu’une seule fois.
Pourquoi ce livre :
Je suis dans une phase compliquée de lecture en ce moment, les aléas de la vie font que je n’ai pas assez de concentration pour me poser tranquillement avec une lecture. J’ai commencé et reposé un nombre incalculable de livres, mais le seul qui a réussi à me captiver c’est Le Bruissement des feuilles de Karen Viggers avec sa jolie et fraîche couverture.

Résumé

Miki, dix-sept ans, vit coupée du monde depuis l’incendie qui a coûté la vie à ses parents. Sous le joug de son frère Kurt, un chrétien fondamentaliste, elle travaille comme serveuse dans leur restaurant et le soir, se rêve en héroïne de romans. Lors d’une escapade secrète en forêt, elle fait la rencontre de Léon, un garde forestier tout juste installé en Tasmanie. Les deux jeunes gens se donnent alors une mission extraordinaire : sauver les diables de Tasmanie de l’extinction.
Au cœur de paysages somptueux, le combat inoubliable d’une jeune fille pour protéger la nature et se sauver elle-même.

Mon avis pour Le bruissement des feuilles de Karen Viggers

Je tourne à l’instant avec tristesse la dernière page du Bruissement des feuilles de Karen Viggers.
L’auteure réussit un tour de force avec ce roman : aborder des sujets assez graves — comme le harcèlement, la séquestration, la déforestation, le racket, la violence conjugale — sans pour autant nous proposer une histoire triste. Ce livre est au contraire plein d’espoir.

Karen Viggers nous emmène sur une magnifique île de Tasmanie où la nature est luxuriante. La nature est d’ailleurs un personnage à part entière de cette histoire car, tout au long de ma lecture, je pouvais sentir (et voir) cette magnifique forêt.
En ce qui concerne les personnages, l’auteure a réussi à créer une belle homogénéité, il y a des gentils, mais aussi des méchants.
J’ai eu beaucoup d’empathie pour Miki, cette jeune fille de dix-sept ans séquestrée par son tyran de frère. C’est une amoureuse des livres et de la forêt. Le petit Max m’a beaucoup touchée aussi. Et que dire de Léon, le gentil garde forestier, un vrai gars bien ce Léon !

Dans le résumé, on parle du combat des protagonistes pour tenter de sauver les diables de Tasmanie (qui est assez secondaire dans l’histoire je trouve) alors que le combat des personnages principaux pour sauver la forêt est davantage présent.
C’est dommage de ne pas avoir mis cela plus en avant dans la 4e de couverture car cela aurait pu amener plus de lecteurs à ce livre. Je dois vous avouer que j’ai beaucoup hésité à lire ce roman car le sujet me tentait moyennement. Si la phrase « Les deux jeunes gens se donnent alors une mission extraordinaire : sauver les diables de Tasmanie de l’extinction » avait été « Les deux jeunes gens se donnent alors une mission extraordinaire : sauver des arbres centenaires », j’aurai tout de suite sauté dessus (ceci n’est que mon ressenti personnel ).

Je suis tellement contente d’avoir découvert Karen Viggers dont l’écriture m’a complètement séduite ! J’était tellement bien dans ce livre qu’aussitôt fini ma lecture,  j’ai  acheté La Mémoire des embruns, un roman qui se déroule avant Le Bruissement des feuilles puisqu’on y retrouve Léon sur l’île Bruny avant qu’il ne déménage. J’ai hâte de retrouver le garde forestier !

Le Bruissement des feuilles de Karen Viggers est une lecture magnifique, une vraie ode à l’espoir et à la nature.

Si vous cherchez une lecture fraîche et dépaysante pour ce printemps, ne cherchez plus : foncez !

Karen Viggers | Le bruissement des feuilles

8.3

L'histoire

8.0/10

L'écriture de l'auteur

8.5/10

En résumé

  • Traduit par Aude Carlier
  • Titre V.O : The Orchadist's Daughter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Logo les passions de chinouk