Bad Man de Dathan AUERBACH


thriller Bad Man Dathan AUERBACHPremières phrases

Au plus fort de la chaleur écrasante de l’été, en Floride du Nord, deux jeunes garçons découvrirent un cadavre au milieu d’une forêt où ils avaient pourtant promis de ne jamais s’aventurer. Les arbres, épais et impressionnants de hauteur, formaient un labyrinthe qui menaçait d’engloutir le promeneur égaré. Mais eux avaient appris à s’y orienter comme tous les garçons qui grandissent près du bois : en l’explorant de fond en comble jusqu’à connaître le moindre recoin.

Pourquoi ce livre ?

Bad Man est un livre qui a été encensé dès sa sortie et auquel je n’ai pu résister ! Le macaron « Osez le frisson » sur la couverture et la référence à Stephen King y sont aussi pour beaucoup. il me semble aussi que c’est le premier Belfond noir que le lis.

Mon avis sur Bad Man de Dathan AUERBACH

Alors que Ben part faire des courses au supermarché avec son petit frère Éric, celui-ci disparaît en une fraction de seconde. Cette disparition a anéanti sa famille et plus particulièrement la mère du petit garçon. 5 ans plus tard, on n’a toujours pas retrouvé Éric.
Ben, lui, ne baisse pas les bras, il fait tout ce qui est en son pouvoir pour retrouver la trace de son frère.
Il va même jusqu’à accepter un poste de magasinier de nuit dans le supermarché où s’est passé le drame, car il est persuadé qu’’il peut trouver sur les lieux des indices qui l’aideront à résoudre cette disparition. D’autant plus que sur place, collègues et patron, tous lui paraissent avoir des choses à cacher.

Alors que dire de Bad Man ?

Voilà clairement un thriller psychologique … où il ne se passe pour ainsi dire rien.
À aucun moment je n’ai frissonné ou vu la référence à Stephen King. J’ai lu quelque part que Bad Man était le Shinning du supermarché?! J’ai failli m’étrangler en lisant cela. J’ai trouvé cette histoire très fade pour un thriller et certains passages très longs et inutiles.
L’auteur nous balade d’une piste à l\’autre pour rien, et à la fin je n’ai pu m’empêcher de dire : mouais, tout ça pour ça.

En revanche, le livre se lit tout de même très vite. Les chapitres courts et l’écriture agréable de l’auteur m’ont tout de même fait passer un bon moment.

Il faut dire que j’ai eu beaucoup d’empathie pour le personnage de Ben qui porte le livre à lui tout seul. Heureusement qu’il était là, pour nous d’une part, mais aussi pour Éric, car on a l’impression que tout le monde se fiche de la disparition de ce petit garçon. Le père est aux abonnés absents et les flics ne sont pas mieux.

Au final, Bad man n’est pas un mauvais livre, loin de là, j’ai passé un bon moment de lecture. Le roman avait une thématique très prometteuse, mais je m’attendais clairement à autre chose.

Dathan AUERBACH - Bad Man

7

L'ECRITURE DE L'AUTEUR

7.0/10

L'HISTOIRE

7.0/10

En résumé

  • Traduit par Nathalie PERONNY
  • Titre V.O. : Bab Man

Infomations

  • Belfond Noir (21 février 2019)
  • 448 pages
  • Broché 21.90 € / Ebook : 12.99€

Un commentaire

  • Autist Reading
    14 mars 2019 à 11 h 15 min -

    Si je t’ai bien comprise, le roman n’est pas mauvais ; ta déception vient du fait qu’il t’a été survendu (ou mal vendu)… Du coup, j’y viendrai peut-être un de ces jours

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Logo les passions de chinouk