Au bord du monde de Brian Hart


au-bord-du-monde-brian-hartAu bord du monde est le premier roman de Brian Hart.
L’histoire se passe au XIX°siècle au bord du monde, ou au bout du monde, j’aurai même tendance à dire. Dans un port devenu bourgade, un endroit boueux et humide battu par les vents et la pluie, beaucoup de pluie. Face au Pacifique, au nord-ouest des Etats Unis.

C’est le bois et la scierie qui font vivre les hommes. Une vie rude, sale et sans trop de lois. Au fil des chapitres on va suivre les aventures de Jacob Ellstrom, de sa femme Nells et de leur fils Ducan ainsi que celles de Tartan, Bellhouse, Matius et Jonas le frère de Jacob. Tous ces protagonistes vont avoir une vie rude, et vont se croiser pour le meilleur et surtout pour le pire, pendant de nombreuses années.

Dès les premières pages, ce livre m’a laissée perplexe ! Qu’est-ce qu’il se passe ? Je l’ai d’ailleurs reposé quelques heures mettant en doute ma faculté de compréhension du moment. Mais la reprise fut tout aussi catastrophique. Il n’y a rien à faire, ce livre va être très difficile à lire !

Tournure de phrase incompréhensible, ponctuation fantaisiste. Récit d’un navigateur russe qui sort d’on ne sait où et qui n’apporte rien à l’histoire, des dialogues entre on ne sait qui ! Mais WTF dirait mon fils !

J’ai eu beaucoup de mal à rentrer dans l’histoire, tellement j’étais perturbée. A savoir si c’est réellement l’écriture de l’auteur ou bien si c’ est le traducteur qui a fait n’importe quoi ?
J’aurai tendance à opter pour la seconde solution et c’est dommage que mon niveau d’anglais ne me le permette pas, car j’aurai bien lu Au bord du monde dans sa version VO.

Ce livre a pourtant un bon potentiel, passé les 100 premières pages (j’ai vraiment lutté), je suis enfin rentrée dedans. J’ai d’abord aimé sa construction : 3 parties bien distinctes et à chaque personnage son chapitre.
Puis l’ambiance m’a plu aussi, une ambiance de Far West avec de la violence, des drames , de l’amour…

Quelques passages :

Certains passages m’ont fait sourire (ou pas), comme celui-ci ou Nell parle de son petit garçon
p57 : « je lui ai fait chauffer du lait et lui ai donné des gâteaux comme on donnerait des carottes à un vieux cheval qu’on aime »

Pour d’autres j’ai pas tout compris.
p55 : « je ne savais pas pourquoi j’ étais là et pourquoi je n’ y étais pas »

p 389 : « Chapeau remis. Et ajusté. Position parfaite. Et. On. Remonte. sur. Bordel… »   -> Ponctuation ??

 

 

J’ai lu Au bord du monde dans le cadre de ma première sélection à la Masse critique Babelio. Je m’en souviendrai longtemps 🙂

Au bord du monde de Brian Hart – Seuil (8 janvier 2015) – 475 pages – 23.50€

9 commentaires

  • Léa Touch Book
    23 février 2015 à 7 h 25 min -

    Je l’ai dans ma PAL et j’espère qu’il me plaira 🙂 ! J’ai du mal si je ne rentre pas immédiatement dans le livre mais on verra ^^

    • Chinouk
      23 février 2015 à 20 h 10 min -

      je vais surveiller ton avis alors 🙂

  • The Cannibal Lecteur
    23 février 2015 à 14 h 59 min -

    Hello,

    Je voulais le lire et là, tu viens de me scier les deux jambes… je vois que la ponctuation laisse à désirer et dans la première phrase extraite, il y a même des fautes d’orthographe grosses comme des maisons (3) : « je lui est (ai) fait chauffer du lait et lui est (ai) donné des gâteaux comme on donnerait des carottes a (à) un vieux cheval qu’on aime ».

    Bon, je vais réfléchir, là… 🙁

    • Chinouk
      23 février 2015 à 20 h 08 min -

      Oups ! pour le coup, il m’a tourneboulée aussi, car les fautes : c’est ma faute !!! Je suis incapable de te dire si je te le conseille ou pas…

  • Grybouill
    24 février 2015 à 19 h 50 min -

    Hou Hou, J’ai toujours pensé que le traducteur était partie prenante de la réussite d’un livre ou de son échec.. . ce que tu rapportes là ne me fera pas changer d’avis malheureusement, pourtant il y avait matière à faire. Merci pour ta chronique, elle attire notre attention. @bientôt, Grybouille.

  • Noctenbule
    28 février 2015 à 10 h 37 min -

    Je vais passer mon chemin concernant ce livre 🙂

    • Chinouk
      12 mars 2015 à 16 h 09 min -

      ah bon ? pourquoi 😉

  • Lucien
    18 août 2015 à 11 h 40 min -

    Beaucoup aimée. L’entrée dans le livre a été certes difficile. Mais je rejoins l’avis que après une centaine de pages on se laisse « happé » par les personnages et surtout par l’ambiance du bord du monde.
    Bon roman (mais mauvaise traduction?)

    • Chinouk
      23 août 2015 à 11 h 41 min -

      Bonjour Lucien, je suis contente d’avoir des avis qui regroupe le miens, c ‘est vraiment dommage ce pb le langage car je suis sûr que ce livre a perdu des lecteurs en route cause de cela. c’est dommage.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Logo les passions de chinouk