Pour un soir seulement – Thomas Raphaël


Pour-un-soir-seulementPremières phrases :
Dimanche 5 janvier
Le propre d’un journal, cher Journal, c’est que ça commence trop tard. Toi, au minimum, tu aurais dû commencer mardi dernier. Mercredi en fait. Mercredi 1 er janvier 2014, 3 heures du matin.
C’était chez moi (je préfère : en cas de psychopathe, je m’enferme dans la salle de bain, je grimpe à la lucarne, je passe par le toit). Il s’appelait Jérôme, mais on s’amusait à l’appeler Goldorak, comme son costume. Moi, j’étais là en princesse Daenerys.

Pourquoi ce livre :
Depuis sa sortie en grand format je trépigne à l’idée d’avoir entre mes mains « Pour un soir seulement ». Comme j’ai déjà les deux premiers romans de Thomas Raphael au format poche – La vie commence à 20 h 10 et Le bonheur commence maintenant– et que j’adore leurs couvertures chez j’ai lu, j’ai attendu, attendu sa sortie en poche. Le jour tant désiré est arrivé et j’ai enfin pu faire la connaissance de Julie la nouvelle héroïne de Thomas Raphael.

Mon avis sur Pour un soir seulement

Dans ce nouveau roman nous allons suivre – ou plutôt lire- le journal intime de Julie , 32 ans qui suite à une rencontre impromptue avec le radiateur de sa salle de bain, doit effectuer un examen de routine au cours duquel il lui sera diagnostiqué quelque chose de grave. Un anévrisme qui risque de céder à tout moment si elle ne se fait pas opérer rapidement, et une opération qui risque d’échouer (1 chance sur 6 !).
Éternellement à la recherche du grand amour, Julie décide de changer la phrase d’accroche de son profil Meetic. Le « pour toute la vie » – qui ne lui avait valu aucune rencontre – devient « pour une nuit seulement » (elle n’a plus le temps) et bingo ! 154 messages !

Cette annonce va complètement changer sa façon d’envisager son futur. Elle, l’ex moche absolument pas sûre d’elle, compte bien profiter de cette aubaine pour enfin faire des rencontres, tout simplement pour se prouver qu’elle peut le faire malgré sa vilaine cicatrice sur le menton (qui ne préoccupe qu’elle). Elle décide alors de reporter de quelques jours l’opération.

Pour un soir seulement, malgré le sujet assez grave, n’est pas du tout un livre « pathos », Julie est drôle, fort sympathique, et aime l’auto-dérision. Les personnages qui gravitent autour d’elle sont tout aussi agréables. La lecture de son journal, au jour le jour, est additive et impossible à lâcher, d’autant que plus on arrive vers la fin du livre, plus on a peur pour Julie et l’on se demande quel sort Thomas Raphael lui réserve !
La fin m’a fait un petit pincement au cœur.

En parlant de l’auteur, c’est son troisième roman où il met en scène un personnage féminin, et c’est incroyable comme il le fait bien ! Il a dû être une femme dans une ancienne vie, ce n’est pas possible autrement. Quand j’ai découvert « La vie commence à 20 h 1. » (si vous ne l’avez pas lu courrez l’acheter), je n’ai pas fait attention au nom de l’auteur et pendant toute ma lecture je me suis dit : J’adore cette nouvelle auteure ! Je ne vous dis pas ma surprise en découvrant que ma nouvelle auteure préférée s’appelait Thomas !

Bref, c’est l’été il fait (ou va faire bientôt – pitié pitié) chaud, c’est farniente time, alors vous n’avez aucune (mais vraiment aucune) excuse pour passer à côté de ce petit bijou !

 

Cosmopolitain adore, moi aussi !  Et Vous ?

Pour un soir seulement

8.3

L'ECRITURE DE L'AUTEUR

8.5/10

L'HISTOIRE

8.0/10

En résumé

  • Journal (sexuel) d'une ex-petite moche

Infomations

  • 408 pages
  • J'AI LU - LIBRIO (6 avril 2016)
  • 7.10 € / 3.49€ Ebook

Un commentaire

  • keisha
    9 juillet 2016 à 16 h 08 min -

    Ben oui, parfait pour l’été (ou autres saisons!)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Logo les passions de chinouk