Jim Harrison est mort !


Jim Harrison

Source

Aujourd’hui, je suis triste, c’est un matin comme les autres pour grand nombre de personnes, mais pas pour moi. Je pensais avoir fait un mauvais rêve. La tempête de la nuit passée m’a empêchée de fermer l’œil. La tempête et aussi la terrible nouvelle que j’ai apprise dans la soirée avant que je parte travailler.

Jim Harrison, Big Jim, est mort… C’est par François Busnel, son ami, que j’ai appris la terrible nouvelle. Lui que je croyais immortel, n’est plus.

C’est avec Jim que j’ai découvert la littérature des grands espaces. Les forêts, les rivières, les parties de pêche, les espaces infinis, forcément que cela me parlait à moi et mon éternelle quête d’ailleurs.

J’ai découvert ses écrits avec Nord-Michigan son premier roman, il y raconte l’histoire d’un gars qui part s’isoler une semaine dans les bois. J’ai trouvé l’écriture assez rude mais j’ai de suite accroché, je savais que j’allais suivre cet auteur durant très longtemps.

Depuis je picore, lentement mais sûrement, dans sa bibliographie, je déguste chacun de ses ouvrages. Je n’ai lu Dalva que dernièrement.
J’aimais l’écriture de l’auteur, puis j’ai lu « En marge » sa biographie, et je me suis prise d’affection pour le personnage.
Jim était (est) un écrivain et un poète et il est mort en poète.

« Il a eu une mort de poète, et avait littéralement un stylo à la main, il était occupé à écrire un nouveau poème lorsqu’une crise cardiaque l’a frappé. »
Il nous laisse avec quatorze romans et dix recueils de poésie.

Pour me consoler, je me dis qu’il est parti rejoindre son ami Richard Brautigan et qu’ils vont pouvoir s’adonner  à de nombreuses parties de pêche célestes.

Aujourd’hui, je lâche ma lecture en cours (Graig Johnson ne m’en voudra pas) pour un de ses romans, je vais lire « Légendes d’automne » que je n’ai pas encore lu, je le gardais pour plus tard, un jour… Je crois que ce jour est hélas venu.

Je vais aussi remettre en route Mon Challenge et ouvrir une page Facebook  pour celui-ci, ainsi que me procurer les derniers ouvrages qu’il me manque.

Jim Harrison n’est plus, la littérature américaine a perdu un grand écrivain et nous un maître.

Bon Vent Big Jim!
Voici  deux reportage que la Grande Librairie de François Busnel lui à consacré.

Rencontre lors des carnets de route en 2011

et en 2015 pour la sorti de Péchés Capitaux

3 commentaires

  • Léa Touch Book
    28 mars 2016 à 16 h 45 min -

    Un bel hommage !
    Je participerai avec plaisir à ton challenge 🙂

  • Marie-Claude
    29 mars 2016 à 0 h 28 min -

    Oui, un très bel hommage, pour un grand auteur. J’aimerais bien participer aussi à ton challenge!

  • Hélène
    29 mars 2016 à 10 h 07 min -

    Je participe aussi au challenge avec plaisir, j’aimerais tant relire Dalva !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Logo les passions de chinouk