L’Erebus – Vie, mort et résurrection d’un navire


michael PalinPremières phrases de L’Erebus :
Les récits de mer m’ont toujours fasciné. Je découvris la série des Horatio Hornblower de C.S. Foster à l’âge de 11 ou 12 ans et, par la suite, j’écumais les bibliothèques de Sheffield à la recherche d’un volume que j’aurais pu manquer. Avec La Mer Cruelle de Nicolas Monsarrat, je passai à l’étape supérieure : ce fut l’une des lectures les plus marquantes de mon enfance, même si je n’eus droit qu’à l’édition « cadet » dont les passages osés étaient expurgés.

Pourquoi ce livre
En tant que fan d’expéditions polaires, je connais bien évidemment l’Erebus. Dominique Le Brun dans Arctique m’avait d’ailleurs déjà fait un petit rappel. Mais je souhaitais absolument lire ce livre, car, d’une part, The Terror la série tirée du roman de Dan Simmons m’avait complètement captivée et, d’autre part, j’étais très curieuse de connaître l’histoire incroyable de ce bateau mythique !

Résumé

En septembre 2014, au fond des eaux glacées de l’Arctique canadien, l’épave de l’Erebus, bateau mythique, fut découverte. Michael Palin — pilier des Monty Python et réalisateur de documentaires pour la BBC — découvre cet événement avec étonnement. En tant que passionné de récits de mer, il est fasciné par cette découverte et décide de redonner vie à ce bateau, depuis sa mise à l’eau en 1826 jusqu’à ses voyages d’explorations en Antarctique, qui l’ont conduit à sa gloire, puis à son ultime catastrophe en Arctique.

Mon avis pour L’Erebus – Vie, mort et résurrection d’un navire

arctique

Ce livre est tout simplement passionnant. Le travail de recherche effectué par Michael Palin est remarquable. J’ai trouvé l’idée d’axer ses recherches sur le bateau et non sur une expédition ou un homme assez intéressante et inédite. D’autant plus que ce navire a un destin incroyable, car il faut savoir qu’il a effectué sa première mission seulement 10 ans après sa construction ! Et encore, c’était juste une « présence » en méditerranée, rien de bien passionnant. C’est 14 ans après sa sortie des chantiers navals qu’il part enfin pour une vraie expédition avec le capitaine James Clark Ross. La réputation de l’Erebus est enfin lancée.

L’auteur met l’accent sur l’Erebus, mais il nous parle bien évidement des hommes qui l’ont dirigé comme les deux célèbres commandants James Clark Ross et John Franklin. Et comment parler de l’Erebus sans faire référence à son vaisseau frère le Terror et son commandant Francis Crozier.

Ce récit d’exploration se lit très facilement, bien qu’il soit extrêmement bien documenté et révèle de nombreux faits historiques passionnants. L’écriture de l’auteur est fluide et très agréable à lire. Je me suis d’ailleurs procuré d’autres récits de voyage de celui-ci du coup.

Le point fort de cet ouvrage, je trouve, c’est que les faits historiques relatés sont entrecoupés par les récits de voyage de l’auteur. Michael Palin s’est rendu sur différents lieux cités dans les expéditions où a séjourné le navire, cela aère le récit et rend l’histoire encore plus réelle.
J’ai beaucoup apprécié les cartes maritimes en début de chapitre, ainsi que les photos du carnet central, c’est agréable de mettre des visages sur des noms.

L’Erebus, vie, mort et résurrection d’un navire est un livre abordable même pour les personnes qui ne sont pas familières de ce genre littéraire.

Pour les personnes qui ont aimé la série Terror, vous retrouverez avec plaisir l’ambiance et les protagonistes de l’expédition.

N’hésitez pas à aller lire l’avis de ma copine Une Fille Dans le Bois, avec laquelle j’ai pris plaisir à faire cette LC.

L'Erebus - Vie, mort et résurrection d'un navire

8

L'ECRITURE DE L'AUTEUR

8.0/10

L'HISTOIRE

8.0/10

Infomations

  • Paulsen - 16 janvier 2020
  • 391 pages

3 commentaires

  • Anne
    1 avril 2020 à 11 h 22 min -

    Comme je le disais à Alaska, j’ai lu le très beau premier roman de Dominique Fortier sur l’expédition du capitaine Franklin. Ce livre m’intéresserait bien pour avoir un autre point de vue. A noter pour après le confinement 😉

  • Electra
    2 avril 2020 à 15 h 07 min -

    je ne suis pas passionnée mais je me souviens bien d’être passionnée adolescente par l’histoire du Bounty. Au moins, tu nous permets de nous évader un peu…

  • Chinouk
    6 avril 2020 à 10 h 12 min -

    @Anne ; Je note le roman de Dominique Fortier alors 🙂 ma liste post confinement s’allonge dangereusement 🙂
    @Electra : Ah oui le Bounty 🙂 mais c ‘est des eaux plus chaudes pour le coup 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Logo les passions de chinouk