Kentucky Straight de Chris Offutt


Kentucky Straight chris offuttPremières phrases
Personne sur ce flanc de colline n’a fini le lycée. Par ici, on juge un homme sur ce qu’il fait, pas sur ce qu’il a dans la tête. Moi, je chasse pas, je pêche pas, je travaille pas. Les voisins disent que je réfléchis trop. Ils disent que je suis comme mon père, et maman a peur que peut-être ils aient raison.

Pourquoi ce livre
J’ai entendu beaucoup de bien sur l’écriture de Chris Offutt. La sortie de « Kentucky Straight» en format poche sera pour moi l’occasion de le découvrir. La couverture de cet ouvrage dans la collection Totem de Gallmeister m’a fortement plu, je la trouve très belle et – après lecture – très représentative de ce qui nous attend à l’intérieur. Je ne suis absolument pas fan de nouvelles, mais je voulais découvrir Chris Offutt avec ce livre, puis comme j’ai décidé de participer au challenge #maiennouvelle d’Electra et Hopsouslacouette, avec ce recueil je fais d’une pierre deux coups.

Mon avis sur Kentucky Straight

Comme je l’ai dit plus haut, je n’aime pas les nouvelles. Le fait que cela soit de courts récits m’empêche de m’attacher aux personnages et de m’imprégner de l’histoire.
Mais avec « Kentucky Straigh » dès les premières lignes de la première nouvelle (La sciure) Chris Offutt m’a complètement captivée et j’ai su que j’allais dévorer ce recueil.
Avec ces 9 nouvelles, on plonge la tête la première dans l’Amérique profonde comme je l’aime.
Toutes les nouvelles dépeignent un univers rude, poussiéreux et sauvage avec en toile de fond les collines boisées des Appalaches.
J’ai trouvé ces 9 nouvelles très homogènes et excepté une ou deux (où il est question de Poker et de Billard) je les ai toutes aimées. J’ai d’autant plus apprécié celles où les protagonistes étaient des enfants. L’auteur nous propose des histoires simples, mais marquantes. Certaines flirtent même avec l’irréel.

« La sciure » qui est celle qui ouvre le recueil m’a profondément touchée : on y découvre un jeune homme qui envers et contre tous veut passer son certificat de fin d’études. Mais dans le bled paumé où il vit, c’est relativement mal vu d’étudier !
L’écriture de Chris Offutt est intense et vraie. L’on ressent parfaitement son attachement à cette partie des Etats Unis. Cette nature sauvage, ces laissés pour compte. Ces descriptions sont saisissantes.
Je vais de ce pas me procurer d’autres ouvrages de l’auteur, car je suis tombée sous le charme de son écriture. Et j’ai hâte de découvrir sa plume au travers de ses romans.

Si vous aimez les histoires pleines de poussière et de nature sauvage, si les hommes qui tiennent des fusils ne vous effraient pas, si vous aimez l’Amérique des laissés pour compte, si vous aimez les récits touchants, et même si vous n’aimez pas les nouvelles, je vous recommande « Kentucky Straight » il vous sera impossible de rester indifférent à ce magnifique recueil.

8.5

L'ECRITURE DE L'AUTEUR

9.0 /10

L'HISTOIRE

8.0 /10

En résumé

  • Titre V.O. : Kentucky Straight
  • Traduit par Anatole Pons

Infomations

  • Editions Totem Gallmeister (3 mai 2018)
  • 176 pages
  • 8.30 €

3 commentaires

  • Alaska
    24 mai 2018 à 14 h 15 min -

    J’ai l’œil dessus depuis un bon moment! Il sort en juin ici, c’est sur que je vais me l’acheter. D’autant plus que j’aime les nouvelles.

  • Electra
    24 mai 2018 à 14 h 21 min -

    Je suis en train de le lire (3ème nouvelle en cours…)
    ravie de voir que tu aimes également ! et merci pour ta participation !

  • Marie-Claude
    24 mai 2018 à 15 h 14 min -

    Je suis ravie qu’il t’ait plu. Il m’attend.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.