Joseph Kessel : La vie jusqu’au bout de Marc Alaux


Joseph-Kessel-La vie-jusqu-au-bout

Premières phrases:

À l’armée, on obéit. À un colonel comme à un simple maréchal des logis. Alors j’ai obéi lorsque l’un de ceux-là m’a ordonné : Alaux, toi qui fouleras bientôt les grandes steppes, ce livre est pour toi, lis-le ! » voilà comment on m’a virilement initié à Kessel, au camp Satory, où lui fut incorporé en 1917 et moi vingt ans après sa mort.

Pourquoi ce livre:

Quand Marc Alaux, l’auteur, m’a contactée pour me proposer la lecture de ce livre, j’ai accepté de suite, bien que finalement je ne connaisse pratiquement pas Joseph Kessel. Je connais son nom bien évidemment ainsi que Le lion, son ouvrage le plus célèbre que j’ai lu au primaire, mais c’est tout. Joseph Kessel ayant la réputation d’avoir été un journaliste assez aventurier, j’étais assez curieuse de découvrir sa vie à travers cette autobiographie.
Marc Alaux, passionné de la Mongolie, est l’auteur de Sous les yourtes de Mongolie et de La vertu des steppes dont je vous parle ici .

Mon avis:

Ce livre est édité dans la toute nouvelle collection Compagnons de route de Transboréal. Cette collection regroupe des essais sur des personnalités qui ont un jour voyagé et dont la vie a été source de fascination et d’inspiration pour les auteurs des titres de celle-ci.
Compagnons de route est vraiment agréable à lire, car non seulement elle est imprimée en deux couleurs, ce qui donne du « pep’s » au livre, mais elle est aussi agrémentée, en fin d’ouvrage, de miscellanées sur le personnage. J’ai d’ailleurs commencé ma lecture par la fin pour me situer un peu plus le personnage.
Comme dit plus haut, je ne connaissais que très peu (voir pas du tout) Joseph Kessel quand j’ai commencé ma lecture, mais j’aime beaucoup lire les biographies d’auteurs. J’aime découvrir les écrivains par ce biais et seulement ensuite me plonger dans leurs écrits.
Je dois vous avouer que « La vie jusqu’au bout » m’a passionnée tellement la vie de Joseph Kessel est particulièrement riche, mouvementée et engagée. Il a couvert, avec son métier de journaliste reporter, de nombreux conflits dans le monde.
Pendant la Seconde Guerre mondiale par exemple, il entre dans la résistance et compose le célèbre chant des partisans (vous saviez vous que c’était Kessel qui l’avait écrit ? Moi non!).

Je suis toujours admirative du travail de recherche qui doit être effectué pour écrire une biographie et d’autant plus pour celle-ci, car elle est agrémentée, au fil des pages, de nombreux extraits de romans, de citations et d’articles.


C’est un livre passionnant, écrit par un auteur passionnant sur un journaliste écrivain passionnant !


J’ai hâte à présent de découvrir l’œuvre de Kessel. Je vais dans un premier temps relire Le lion pour y retrouver les masaïs puis je continuerai avec Les cavaliers et Belle de jour ( honte à moi puisque je connais ce roman, mais je ne savais même pas que c’était de lui!).


Je remercie donc grandement Marc Alaux, car sans sa proposition je ne me serais pas tournée vers ce livre que j’ai dévoré en une après-midi.

Joseph Kessel : La vie jusqu’au bout – Marc Alaux – Transboréal collection Compagnons de route (4 juin 2015) – 192 pages – 14.80 €
Acheter le livre chez Transboréal

3 commentaires

  • keisha
    29 juin 2015 à 17 h 58 min -

    Je l’ai lu, mon billet est prêt (et le mois anglais est terminé, je vais pouvoir parler de tout ça!). T’inquiète, mon ignorance sur Kessel était grande!

    • Chinouk
      30 juin 2015 à 8 h 29 min -

      hâte d’avoir ton avis alors !!

  • Léa Touch Book
    8 juillet 2015 à 18 h 13 min -

    Hop c’est pour moi 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.