J’irai jusqu’à la mer de Laurent Hasse


J'irai jusqu'à la mer de Laurent Hasse 1500km, 82 jours et 1 question : « C’est quoi le bonheur, pour vous ? »

Premières phrases :

La montagne est partout. Je me sens minuscule, parcouru de frisson à l’idée de m’y retrouver seul.
La veille, le train de nuit avait quitté la gare d’Austerlitz, il m’éloignait de Paris pour de longs mois. Sans obligation professionnelle, mais pas sans attache, j’appréhendais l’instant. Pourtant, il fallait faire bonne figure aux yeux de celle qui avait tenu à m’accompagner sur le quai.

Pourquoi ce livre
Cela fait pratiquement un an que ce livre est dans ma Pàl. Je le sais, car je l’ai acheté lors de ma visite du festival photo de La Gacily qui débute tous les ans en juin. Tous les ans, je reviens avec un livre sur le voyage – il faut dire qu’à l’occasion du festival, ils ont une librairie de livres de voyage / nature très fournie.

J’ai d’abord pas mal hésité à acheter « J’irai jusqu’à la mer ». Je suis adepte de littérature de voyage, mais finalement je lis très peu de livres qui se déroulent en France, peut-être parce qu’ils ne sont pas assez dépaysants ?
Et puis je me suis dit pourquoi pas ? La jolie illustration de couverture y est sûrement aussi pour quelque chose.

Mon avis

Ce récit est celui de Laurent Hasse, qui suite à un grave accident de vélo (et plusieurs jours de coma le laissant sans goût et sans odorat) décide, pour se reconstruire, de parcourir la France à pied du Sud vers le Nord… en plein hiver !
Sur les 1500km de son parcours, qui longe le méridien de Paris de la frontière espagnole à Dunkerque, il va à la rencontre des gens et leur pose la question : « C’est quoi le bonheur, pour vous ? »

La première question que je me suis posée en découvrant ce récit c’est : pourquoi partir en hiver ? D’ailleurs de nombreuses personnes qui l’ont croisé sur la route ont eu la même interrogation.
Il est parti en hiver pour éviter le flot de touristes estivaux, mais le seuil de solitude a dépassé ses espérances.

Lors de son voyage la recherche d’hébergement va être compliquée. Tout est fermé l’hiver, il ira de café du village en café du village pour tenter de rencontrer des gens.

Il traverse la France profonde et des villages désertiques sous la pluie et dans la grisaille.

Même si je n’ai pas spécialement apprécié l’itinéraire en lui-même (qui de toute façon est secondaire) j’ai adoré ce livre. Les rencontres, les chemins de traverse, les réflexions sur le bonheur, tout cela réuni fait de ce livre une vraie bouffée d’air pur.

J’ai vraiment apprécié l’écriture de l’auteur que j’ai trouvé très douce. Dire que j’ai failli passer à côté de ce petit bijou.

Je pense que je vais tenter de trouver d’autres récits de marche en France, pour voir.

Il existe un documentaire dispo en DVD de cette aventure, je vais essayer de me le procurer.

« J’irai jusqu’à la mer » de Laurent Hasse est un récit simple, tout en douceur, que je vous recommande très fortement.

6 commentaires

  • Genevieve
    26 avril 2017 à 18 h 18 min -

    J’ai envie de dire « Et pourquoi pas l’hiver? » 😉 Je partirais bien en randonnée en hiver moi! Ce doit être une expérience très intéressante.
    Il a l’air bien ce livre, même si je dois avouer lire assez peu de livres français. Peut-être si je le croise quelque part 😉

    • Chinouk
      28 avril 2017 à 15 h 52 min -

      Disons qu’ici l’hiver c’est pas comme au Canada. Hiver = grisaille et pluie.

  • Violette
    27 avril 2017 à 18 h 18 min -

    je suis adepte de ce genre de lecture, complètement ! Je note!

    • Chinouk
      28 avril 2017 à 15 h 52 min -

      tu devrais beaucoup apprécier ce livre alors, n’hésite pas !

      • Laurent H
        29 avril 2017 à 11 h 11 min -

        Je vous lis depuis mon petit pays gris et pluvieux (même en ce mois d’avril) et je n’aurais qu’un seul mot : MERCI !
        Si vous avez apprécié mon livre, je vous invite à voir le film « Bonheur… Terre Promise » qui permet de mettre des visages sur toutes les rencontres faites durant ce voyage.
        http://www.docks66.com/en-distribution/bonheur-terre-promise/
        Laurent Hasse.

        • Chinouk
          29 avril 2017 à 12 h 52 min -

          Merci à vous de votre passage ici. Je part 15 jours en randonnée, mais à mon retour, je visionnerai le film de cette belle aventure, il est déjà en route vers chez moi. La bande annonce à elle seule me fait monter les larmes…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *