Sur la tombe du pêcheur inconnu de John Gierach


livre sur la tombe du pecheur inconnu gierach gallmeisterPremières phrases
A en croire le calendrier, c’était plus le début du printemps que la fin de l’hiver, une différence essentiellement technique à l’ouest des Rocheuses, l’un pouvant être aussi rude et inamical que l’autre. Quatre saisons n’ont jamais suffi à décrire convenablement la météo ici – ni ailleurs, au demeurant. Il devrait y en avoir au moins une douzaine, et elles devraient désigner les frontières instables où un ensemble de paramètres laisse place à un autre, parce que ce sont les périodes les plus inintéressantes. Tout le concept de saison serait plus utile si on laissait des pêcheurs les nommer à la place des astronomes.

Pourquoi ce livre
Je suis toujours toute en joie quand une nouvelle parution « Nature Writing » chez Gallmeister voit le jour. D’autant plus quand il y est question de pêche à la mouche, car depuis le sublime « Et au milieu coule une rivière » je suis complément fan de la philosophie de cette pratique. John Gierach étant un maître dans le domaine, c’est avec grand plaisir que je vais découvrir son dernier opus. Et encore une fois – je me répète je sais, mais – quelle magnifique couverture !

Mon avis sur Sur la tombe du pêcheur inconnu de John Gierach

peche à la mouche

Avec « Sur la tombe du pêcheur inconnu », John Gierach nous propose un an de carnets de voyage. Une année d’excursions au cœur des paysages sauvages des États-Unis à chercher le coin de pêche parfait : des étangs reculés aux grandes rivières l’Ouest.
Ces nouvelles chroniques de John Gierach évoquent l’Amérique des grands espaces et l’importance de consacrer du temps à quelque chose d’aussi glorieusement inutile que la pêche à la mouche.

Ici, il va être beaucoup question de pêche —L’auteur pratique ce sport depuis ses 5 ans, je pense donc que l’on peut dire qu’il sait de quoi il parle — mais pas que puisque l’auteur va nous livrer quelques pensées et états d’âme sur la pratique et sur sa vie en général.

Par exemple, le plus célèbre des “écrivains-pêcheurs” américains nous apprend qu’il aime tellement pêcher qu’il exerce cette pratique pendant 7 mois de l’année, pratiquement non-stop ! puis avec l’arrivée des mauvais jours, une certaine lassitude s’installe alors il met cette activité en pause et reprend sa plume pour 5 mois d’écriture, jusque retour du beau temps où le virus des grands espaces se réveille.

La lecture de ces chroniques fut un vrai régal. J’ai adoré suivre l’auteur dans ses voyages et dans ses pensées. Il nous fait voyager dans pas mal d’états et nous emmène avec lui dans ses road-trip !

J’ai beaucoup aimé quand il nous raconte ses week-ends pêche pluvieux, coincé dans une cabane en bois, avec un bon bouquin à écouter la pluie tomber dehors.
C’est une autre forme de plaisir qui donne du charme à ce genre de week-end. C’était tellement bien écrit que j’y étais aussi dans cette cabane. En même temps, il ne faut pas me parler longtemps de cabane et de livres pour que je me projette moi!

« Sur la tombe du pêcheur inconnu » est un livre assez drôle et certains passages m’ont bien fait rire comme ici :

P81
Je croisai un labrador chocolat hors d’haleine qui promenait son humain, et il me vint à l’esprit qu’un labrador inconnu vous salue avec plus d’effusions que la plupart des gens de votre entourage. Je veux dire, combien de vos amis accourent vers vous en frétillant dans tous les sens et en vous léchant les genoux ?

L’auteur m’apprend qu’il existe des vidéos de pêche sur le net, moi qui aime regarder ce sport, je me dis chouette je vais en chercher, puis l’auteur ajoute :

P98
Celles que j’ai vues n’étaient pas mal, mais la pêche en vidéo me fait un peu l’effet du sexe dans les films : sympas à regarder, mais à des années-lumière du vrai truc.

Du coup, je vais abandonner l’idée.

« Sur la tombe du pêcheur inconnu» est un livre qui nous fait rire et voyager. Un livre à découvrir si vous aimez les grands espaces et un tant soit peu les récits de pêche.

De mon côté, je vais m’atteler à rattraper mon retard dans la découverte des autres récits de l’auteur.

John Gierach sur la tombe du pêcheur inconnu

7.5

L'ECRITURE DE L'AUTEUR

7.5/10

L'HISTOIRE

7.5/10

En résumé

  • Traduit par Anatole Pons
  • Titre V.O. : At the Grave of the Unknown Fisherman

Infomations

  • Editions Gallmeister (4 octobre 2018)
  • 246 pages
  • 21.80 €

4 commentaires

  • manU
    23 octobre 2018 à 19 h 56 min -

    J’ai beaucoup aimé Sexe, mort et pêche à la mouche du même auteur.

    • Chinouk
      24 octobre 2018 à 10 h 45 min -

      c’est mon prochain 🙂 il vient de sortir en Totem !

  • Electra
    26 octobre 2018 à 16 h 53 min -

    pareil ! on s’amuse bien en sa compagnie !

    • Chinouk
      5 novembre 2018 à 18 h 15 min -

      🙂 hâte d’en lire un autre !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.