Seul au monde de Sebastien Destremau


Premières phrases :
– Sebastien, prends le canot et décroche-nous cette foutue ancre !La voix de mon père est sans réplique. Son ordre a claqué dans la douceur d’un crépuscule d’été au large de Porquerolles. Nous sommes sept à bord de notre voilier familial mais lorsqu’il s’agit d’exécuter une corvée, ça ne fait pas de pli, c’est toujours moi qui prends.

Pourquoi ce livre :
J’aime les récits solitaires. J’avais adoré le film «en solitaire » avec François Cluzet sur le Vendée globe ainsi que « Seul en me »r avec Robert Redford. Je ne suis pas spécialement fan des courses en mer, mais ce livre me promettait d’être le récit, non pas de la course, mais du bonhomme qui pilotait de bateau. C’est pour cela que j’ai embarqué dans la lecture de «Seul au monde de Sebastien Destremau » et puis un titre comme cela franchement, comment résister ?

 

Mon avis sur le récit

Dans seul au monde, Sebastien Destremau- dernier navigateur à avoir franchi la ligne d’arrivée du Vendée globe en 2017 – nous livre ici deux histoires. Celle de la course, mais aussi la sienne. Il nous raconte comment il est arrivé à prendre le départ du Vendée globe cette course à la voile en solitaire, autour du monde, sans escale et sans assistance ainsi que son histoire personnelle depuis sa plus tendre enfance. Son père autoritaire et injustement sévère avec lui, ses premiers pas sur les bateaux familiaux, la complicité avec son frère jumeau, ses femmes et enfants qu’il ne voit plus.
Lors de cette course, et pendant les 124 jours qu’elle durera, Sebastien a souhaité partir sans distraction sur son voilier, pas de livre ( excepté une bible qu’on lui a donnée, mais qu’il n’ouvrira pas), musique ou autres… il part pour réfléchir, faire le point et se retrouver seul avec lui-même.
Une expérience qui le ramènera changé à tous jamais. En 124 jours, il a fait la paix avec ses vieux démons.
S’il a fallu 124 jours à Sebastien Destremau pour boucler sa boucle autour du monde, j’ai avalé son récit en une après-midi. J’ai été emportée par l’écriture de l’auteur qui est aussi fluide qu’une mer d’huile. Les chapitres alternes entre la course et son histoire de vie, ce qui donne un très bon dynamisme au livre, les pages tournent tout seul. On ne s’ennuie pas une seule minute.
J’ai trouvé ce livre captivant, autant dans la partie vendée globe que dans la partie vie perso de l’auteur, car son histoire de vie est remarquable et les moments où il nous raconte sa course ne sont pas « technique » donc agréable à lire.
Seul au monde de Sebastien Destremau est un livre que vous recommande. Les personnes qui n’aiment pas spécialement les coursent de voile, ne vous inquiétez pas, ce livre n’est pas l’histoire d’une course, mais l’histoire d’une vie.

Seul au monde de Sebastien Destremau

Seul au monde de Sebastien Destremau
82.5

L'ECRITURE DE L'AUTEUR

8/10

    L'HISTOIRE

    9/10

      En résumé

      • ce récit n'est pas l'histoire d'une course, mais l'histoire d'une vie.

      Infomations

      • XO (8 juin 2017)
      • 264 pages
      • Broché: 19.90 / Ebook : 12.99

      Laisser un commentaire

      Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *