Satori à Paris Jack Kerouac


Satori à Paris Jack Kerouac

Satori à Paris  de Jack Kerouac – Folio – 160 pages – 5.95€
* Acheter Satori à Paris

L’histoire :
Venu dans notre pays pour rechercher l’origine de son nom véritable, Jean Louis Lebris de Kerouac, le chef de file du mouvement beat, s’aperçoit de retour en Floride qu’il a reçu, au cours de ce voyage, une sorte d’illumination, un satori. Ne sachant à quel épisode précis attribuer cette révélation, il va revivre avec le lecteur ces dix journées passées en France. Journées où abondent les situations inattendues, et où l’on sent ce besoin de sympathie et de chaleur humaine que Kerouac manifestait en maintes occasions.

Premier paragraphe :
Quelque part, pendant ces dix jours passés à Paris( et en Bretagne) j’ai reçu une sorte d’illumination qui, semble-t-il, m’a une fois de plus transformé, orienté dans une direction que je vais sans doute suivre, cette fois encore, pendant sept ans ou plus : bref, ç’a été un satori : mot japonais désignant une « illumination soudaine », un «  réveil  brusque, ou, tout simplement, un « éblouissement de l’œil » .
Pourquoi ce livre ?
Je souhaite lire tout Kerouac, mais celui-ci de par son sujet (recherche de ses origines bretonnes) m’a attirée.

Note: 7/10
Mon Avis:
Dans ce livre Kerouac viens à Paris, puis en Bretagne, pour partir à la recherche de ses origines. Lui Jean Louis Lebris de Kerouac donc les ancêtres on quitter la France pour le Canada il y a plus de 200 ans.

Entre église, bar et rencontre d’un soir, Kérouac se cherche. Le livre est fait de très court chapitre ce qui entraîne une lecture agréable et rapide, si tant est qu’on aime l’écriture de Kerouac bien sûr, car de prime abord je ne la trouve pas accessible à tous.

On apprend dans cet ouvrage d’où vient le Nom de famille Duluoz de son personnage récurant dans ses autres livres, son lui virtuel. Duluoz est, en fait, une variation de Daoulas, un vieux nom breton.

Pour en revenir à l’histoire, dire si j’ai aimé ou pas est assez compliqué, car j’aime l’écriture de l’auteur et ses divagations par contre je suis passée à côté de son « Satori » je n’ai absolument pas capté où il l’avait « trouvé » et du coup je suis restée sur ma faim !

N’empêche que j’ai passé un très bon moment avec cette lecture et que j’ai hâte de m’appeler au prochain Kerouac,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *