Mes prévisions de lecture pour l’hiver 2017


Passez le 1er novembre, je me fais une grande joie de replonger dans des lectures en rapport avec l’hiver. À moi le Grand Nord, le froid, les récits d’aventures. Je suis contente, car c’est mon style de lecture de prédilection, puisque même si je vis en Bretagne, dans le cœur, je suis une fille du Grand Nord.
Voici donc un petit aperçu des livres qui sont dans ma pile à lire et que j’aimerais découvrir cette année sous un plaid avec un chocolat chaud. ( Oui parce que bon, j’aime le froid, mais quand je suis bien au chaud !)

Des récits

 Recit spécial hiver

Les récits du Grand Nord sont mon style de lecture préféré. Tout au long de l’année je farfouille le rayon de ma librairie de voyage préféré pour trouver le récit qui me ferait vibrer, une fois trouvé, je l’achète, et le garde bien au chaud en prévision de l’hiver prochain. Cette année je lirais donc (où du moins j’aimerais lire ) :

Mystere polaire de Nicolas Dubreuil

En traîneau, en kayak, à ski et à pied, Nicolas Dubreuil sillonne le Grand Nord. Lancé sur les traces de lieux qui ont fait l’histoire, oubliés dans l’immensité des glaces.

l’hivers aux trousses de Cedric Gras

Cédric Gras a parcouru l’Extrême-Orient russe en accompagnant l’automne à pied, à bord de camions, de canots de chasseurs ou d’un remorqueur. Des contrées polaires à la mer du Japon, la « chasse aux feuilles rouges » d’un long été indien a guidé ses pas, à travers cette Russie méconnue du Pacifique.

les oies des neiges de William Fiennes

Gravement malade alors qu’encore étudiant, ballotté entre hôpitaux et longues périodes de convalescence dans la maison familiale, William Fiennes retrouve par hasard un livre de son enfance : L’Oie des neiges . Et ce sera pour lui l’amorce d’une renaissance… Chaque été, les oies des neiges nidifient dans l’Arctique canadien. Et chaque automne elles migrent par millions vers le sud des Etats-Unis et le golfe du Mexique. Avant de refaire au printemps suivant le voyage en sens inverse. Pourquoi de tels périples, longs de près de cinq mille kilomètres, dont beaucoup ne reviennent pas ? Quels signes mystérieux leur indiquent qu’il faut partir ? Quelle force les pousse deux fois par an à quitter un lieu pour un autre, une maison pour une autre ? Autant de questions qui le fascinent, l’interpellent. Et voilà, pour s’échapper de la prison de la maladie, qu’il entreprend de faire à son tour ce voyage, à leur suite…

Seul de Richard Byrd

21 mars 1934 : l’automne austral commence. Le 28 mars, les cinquante-cinq membres de l’expédition Byrd prennent congé de leur chef Byrd pour 5 mois à 80° de latitude sud et regagnent la Petite Amérique, leur mouillage à dix jours de marche de là. Richard Byrd est seul, avec pour unique occupation, outre les relevés scientifiques, l’observation du ciel qui s’assombrit chaque jour, jusqu’à l’obscurité complète de l’hiver. Le solitaire pourtant ne chôme pas, la survie est une ruse de tous les instants, contre une nature qui semble ne connaitre qu’un registre : celui de la violence. Naufragé volontaire au coeur de l’Antarctique, Richard Byrd devra affronter les éléments déchaînés, la peur, la folie. Lucidité et honnêteté : telles sont les maitresses vertus de ce récit qui ne nous épargne rien de ce qu’il advient à l’infortuné prisonnier de lui-même. L’expérience sera terrible. Byrd mettra quatre ans avant de se décider à la raconter. Un recul qui lui permettra de tourner le dos au style purement documentaire qu’attendaient sans doute ses lecteurs et de livrer l’un des plus grands livres jamais écrits sur la solitude.

Une saison de chasse en Alaska de Zoe Lamazou Et Victor Gurrey

En pleine saison de chasse à la baleine, Zoé Lamazou et Victor Gurrey ont vécu trois mois à Point Hope. Ils ont partagé le quotidien des Iñupiat, occupants millénaires des contrées arctiques. Ensemble, ils ont attendu qu’un chenal s’ouvre dans la glace. Au même moment débarquaient au village les représentants de grandes compagnies pétrolières préparant leurs prochains forages sous l’océan glacial. Les auteurs nous livrent les témoignages émouvants d’un monde magnifique et menacé.

Des Romans

littérature spécial hiver

Lumikko de Pasi Ilmari JÄÄSKELÄINEN

Au sein d’un petit village finlandais prospère une étrange société littéraire composée de neuf écrivains réunis autour de la figure tutélaire de Laura Lumikko, auteur à succès d’une série de livres fantastiques pour la jeunesse. En pénétrant peu à peu dans l’intimité de cette société – grâce à un Jeu aux règles complexes permettant d’arracher la vérité aux membres de la société – Ella, une jeune professeur de finnois aux ovaires déficients, découvre le sombre secret de leur inspiration. Pendant ce temps, Laura Lumikko disparaît, tandis qu’une étrange peste semble s’être abattue sur les livres de la bibliothèque : certains livres voient leur fin subtilement s’altérer.

Lili Klondike de Mylène Gilbert Dumas

À la fin du XIXe siècle, alors que des milliers d’hommes et de femmes quittent leur foyer pour tenter de faire fortune au Klondike, deux jeunes Canadiennes françaises abandonnent tout pour refaire leur vie à Dawson où, selon les grands quotidiens de l’Amérique, les rues sont pavées d’or.

Nikolski de Nicolas Dicker

À l’aube de leur vingtaine, trois personnages, Joyce, Noah et un narrateur sans nom, entament une quête de leurs origines. Joyce, issue d’une longue lignée de pirates, va quitter les bords du golfe du Saint-Laurent pour les côtes montréalaises et se lancer dans le piratage informatique ; Noah, fils d’une nomade des Prairies qui a appris à lire sur les cartes routières va, lui aussi tenter de se sédentariser dans la métropole ; le narrateur, quant à lui, est un voyageur immobile. Coincé derrière le comptoir de la librairie dans laquelle il travaille, il n’a de cesse de surveiller le compas-boussole déréglé que lui a légué son père et qui pointe en permanence le petit îlot de Nikolsi. Ces trois protagonistes ont beaucoup plus qu’une ville en commun. Un intrigant livre sans couverture et de folles aventures (réelles ou imaginaires) leur feront découvrir l’incroyable symétrie de leurs existences.

Fée d’hiver d’André Bucher

Daniel avait vu évoluer Alice, les raquettes aux pieds, un peu en dessous des Rabasses. Il l avait suivie à distance, accordant ses pas dans les empreintes luisant au soleil telles des gaufres. Pas pour la surveiller, non, juste dans l hypothèse où elle ferait une mauvaise rencontre. Daniel veilleur de jour. Il l escortait ainsi lorsqu il aperçut à son tour les corvidés. Alice, la quarantaine passée, secrétaire de la scierie, entend quitter son mari et échapper à la tyrannie de ses frères. Vladimir, le bûcheron clandestin, fuit son passé. Daniel et Richard, deux vieux frères un peu rock n roll qui vivent reclus dans la ferme du Val triste, ont des comptes à régler avec leur enfance. Tous vivent dans un coin de la Drôme, déserte et sauvage. Tous sont des échoués. Mais à force de rêves, ces écorchés-volant parviendront à dénouer le fil de leur existence… pour un hiver de toute beauté !

Déneiger le ciel d’André Bucher

David a soixante ans et vit dans une ferme isolée, sur les hauteurs. Pour la première fois en vingt-six ans, il a décidé de ne pas déneiger la commune. Mais ce 23 décembre glacial, quand son vieil ami berger, puis celui qu’il nomme son « fils de rechange », l’appellent à l’aide, il n’y tient plus. Son tracteur est en panne, il part à pied. Commence alors une nuit hallucinée. Pour résister au froid et à l’ivresse de la neige omniprésente, David se grise de ses souvenirs, chante et danse. Dans cette veille au pays des ombres, là où la frontière entre ciel et terre a disparu, la nature déchaîne ses sentiments comme les éléments, convoquant les fantômes du passé et les ombres du présent. L’image de sa femme, tuée par un chauffard, celle de sa fille, venue lui annoncer son divorce, Muriel encore, qu’il voudrait savoir aimer, ou une mystérieuse disparue que charrie la rivière… mènent autour de lui un bal étrange.

Un hivernage dans les glace de Jules Verne

Dans le port de Dunkerque, Jean Cornbutte attend avec impatience le retour de son fils, Louis, capitaine de La Jeune Hardie, partie pour une expédition dans le Grand Nord. Mais à l’arrivée, le navire bat pavillon noir : Louis a disparu lors d’une mission de sauvetage héroïque. Refusant de se résoudre à cette perte, Jean Cornbutte, assisté de la fiancée de Louis, organise une expédition de secours : accompagnés de marins intrépides, ils embarquent pour le Groenland, à la recherche des disparus. Froid glacial, tempête, trahisons et attaques d’ours : rien ne sera épargné à l’équipage.

L’homme de l’hiver de Peter Geye

Gunflint, années 1990. Dans cette petite ville du Minnesota sauvage où les rivières deviennent lacs et les lacs rivières (et l’Amérique le Canada), le vieux Harry Eide fugue, désertant son lit de mort pour la forêt profonde. On ne le retrouvera pas. Les deux êtres qui l’ont le plus aimé – Gus, son fils, et Berit, son grand amour longtemps resté en lisière de sa vie – se racontent cet homme qui gouverna leur monde tout en leur échappant.

Des autobiographies

biographie

Paul emile victor, j’ai toujours vécu demain de Daphné victor et Stephane Ducast

Paul-Émile Victor fait partie des rares hommes qui ont contribué à changer notre vision de la planète. Le 10 juillet 1934, ce jeune Jurassien, que tout prédestinait à reprendre l’entreprise paternelle de pipes et de stylos, embarque sur le trois-mâts du commandant Charcot, en partance pour le Groenland. En quelques années, il va devenir l’incarnation de l’exploration polaire française, vivant avec les Eskimos, cartographiant des zones encore inexplorées, organisant des missions scientifiques extrêmes…

Pofession ecrivain de Jack London

Quatre-vingt-treize textes, glanés par Francis Lacassin dans les correspondances de Jack London ou dans de petites revues enfouies dans des bibliothèques américaines, composent Profession : écrivain. Ils révèlent (après le chercheur d’or, le vagabond du rail ou des mers, le militant socialiste, le prophète du retour à la vie rurale) un nouvel aspect de la personnalité de Jack London : le « travailleur de la plume ». C’est une véritable plongée dans les coulisses de l’œuvre de London

Des lectures de Noël

lecture de Noel
Parce que ma copinaute Geneviève ( une fille dans l’bois) m’a fait remarquer qu’il n’y avait pas de livres de Noël dans ma précédente liste d’envie de lecture d’hiver que j’ai partagée sur mon compte instagram, j’ai ajouté quelques titres à mes prévisions de lectures.
Pour le moment ce n’est qu’une Liste d’envie, car excepté Tendre veillée, je n’en possède aucun. Par contre, je vais live le Anne Perry – une auteur que Geneviève m’a recommandé, et « Christmas Pudding » de Nancy Mitford qui viens juste de sortie aux éditions 10/18 et qui me tente beaucoup.


Il est certain que je ne pourrais pas lire tous ces livres, mais je piocherai devant en priorité pour y choisir mes lectures. N’hésitez pas à me dire si certains vous font envie ou si on en avez déjà lu quelques-uns.

12 commentaires

  • Marilyne
    11 novembre 2017 à 19 h 32 min -

    Mazette, c’est vraiment l’hiver chez toi 🙂 Depuis le temps que je me promets de lire un des récits de Cédric Gras et de reprendre la lecture de Jack London… J’ai croisé Lumikko aujourd’hui, très tentant !

    • Chinouk
      13 novembre 2017 à 12 h 18 min -

      Lumikko j’ai craqué pour sa couverture ! c’est futile, mais bon comme le résumé me tente aussi, ça passe J’ai découvert dernièrement que Cédric Gras était un pote à Sylvain Tesson, du coup j’ai un peu peur ( Tesson et moi c’est fini). Je me plonge plutôt que prévu dans du Jack London avec « la croisier du Snark » car je descends dans la semaine à Marseille et je vais en profité pour voir l’expo lui étant consacré. Le récit se passant dans les mers du Sud il n’est pas dans la liste. D’ailleurs pas de récit de London dans cette liste, mais j’en lirai surement au moins 1.

      • Marilyne
        13 novembre 2017 à 14 h 54 min -

        Pareil pour Lumikko, effet 4ème et illustration de couv’ ;). je t’envie pour cette expo J.London. Bon séjour.

  • Virginie
    12 novembre 2017 à 18 h 19 min -

    Joli programme ! « L’homme de l’hiver » me tente beaucoup !

    • Chinouk
      13 novembre 2017 à 12 h 12 min -

      Merci, Et moi donc….

  • Anne
    12 novembre 2017 à 19 h 59 min -

    Chouette programme ! Tiens, j’ai Nikolski dans la PAL..

    • Chinouk
      13 novembre 2017 à 12 h 11 min -

      Je trouve aussi 🙂 je ne pense pas trop traîner à sortir le Nikolski car il me tente beaucoup !

  • Matatoune
    13 novembre 2017 à 5 h 12 min -

    Franchement admiration devant tant d anticipation! Un peu frileuse sur le thème Grand Nord par contre le chocolat chaud je retiens et aussi la constitution d une liste saisonnière. Très bonne lecture

    • Chinouk
      13 novembre 2017 à 12 h 11 min -

      J’aime faire des listes de lectures, mais si, au final, je lis jamais tout Le Grand Nord, moi j’adoooooore Je ne sais pas si tu repasseras par là, mais je ne peux pas commenter sur ton blog 🙁 ou il ne veut pas de mes identifiants ou je ne trouve pas où commenter 🙁

  • Malorie Leduc
    13 novembre 2017 à 15 h 44 min -

    Oh là là, je viens de noté la majorité des titres que tu compte lire tant ils me tentent ! Merci pour les découvertes et hâte de lire tes avis. Bonne lecture.

  • Genevieve
    14 novembre 2017 à 18 h 32 min -

    Tu as de belles choses! Il y en a que je ne connais pas.

    J’ai aussi Une saison de chasse en Alaska dans ma pile d’hiver! 🙂 Seul a l’air bien, je surveillerai ton billet.
    J’ai prévu acheté Lumikko, mais il n’est pas encore sorti ici. J’ai un Mylène Gilbert-Dumas dans ma pile aussi mais c’est Une deuxième vie. Mon copain l’a lu récemment et il a beaucoup aimé. J’ai souvent croisé André Bucher un peu partout sur internet, en librairie, etc mais je ne l’ai jamais lu.

    Les Anne Perry ne sont pas tous bons, mais je l’aime bien! J’ai réservé en bibliothèque les deux derniers que je n’ai pas lu encore. Ce ne sont pas de grands livres, mais c’est léger et agréable.

    Christmas Pudding me tentait bien mais comme il sort ici que le 15 décembre, je vais le mettre sur ma liste pour l’an prochain.

    Ma pile est presque prête aussi mais je ne la posterai sur instagram qu’en janvier. Je suis encore en automne et à préparer ceux de Noël! 😉

  • Violette
    15 novembre 2017 à 10 h 19 min -

    quelle bonne idée, ce billet! Je déteste l’hiver et le froid mais, paradoxalement, j’adore les lectures de neige et de givre 🙂 Merci pour ces titres, je ne les connais pas tous!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *