La naufragée du lac des dents blanches de Patrice Gain


livre la naufragee du lac des dents blanchesPremières phrases :
Je regardais par la vitre de la camionnette le paysage qui défilait depuis le viaduc de l’autoroute. Sa hauteur était considérable et c’est à peine si j’osais jeter un œil sur le village situé en contrebas. Des falaises grises noyées dans une forêt de sapins le bordaient de part et d’autre et fermaient l’horizon. Le ciel était couvert […] Mes pensées exploraient sans retenue d’obscurs recoins. Nous roulions vers un nouvel horizon sans savoir en quoi il pourrait nous être profitable.

Pourquoi ce livre
En parcourant les nouveautés de la maison d’édition le Mot et le Reste, je suis tombée sur ce livre. Sa couverture – un edelweiss – et son titre m’ont interpellée – je connais (de nom) le massif des Dents Blanches dans les Alpes. En me penchant sur son résumé, je me suis dit que ce livre avait dû être écrit pour moi ! Un road movie qui nous mène des Alpes au Grand Nord canadien, cela me parle forcement ! Et cerise sur le gâteau, deux des quatre protagonistes habitent l’île Houât en Bretagne (je vous ai déjà dit que j’étais amoureuse des îles bretonnes ?). J’ai d’humides souvenirs de tentatives d’accostage en bateau pneumatique sur Houât, mais ceci est une autre histoire !

Mon avis

Il y a des livres où, dès les premières phrases, vous savez que vous allez être emporté et passer un très bon moment. La naufragée du lac des dents blanches de Patrice Gain a été un de ceux-là pour moi.

« C’est une drôle d’équipe que vous faites là. J’aimerais bien savoir ce qu’un vieux trappeur, un guide, et deux marins font avec une jeune somalienne dans un tipi au milieu de la forêt ?
– c’est à cause d’un naufrage, répondit Élias, mais ça s’rait un peu long à t’expliquer »

Après le naufrage de leur chalutier, deux marins (le narrateur et Elias) ont l’opportunité de partir quelques jours dans les Alpes pour se remettre de leurs émotions. Le maire de leur île possède un chalet dans le massif des Dents Blanches. Celui-ci leur confie une cargaison d’huîtres et de muscadet à remettre au maire du petit village alpin où se situe le chalet. Le maire n’en verra jamais la couleur.

Alors qu’ils arrivent à peine dans ce petit coin perdu des Alpes, ils font la connaissance, au bistrot du village, de Léon un guide de montagne. Les trois hommes sympathisent de suite et s’installent dans un refuge près d’un lac. (je ne connais pas le lac des dents blanches – je ne l’ai pas non plus trouvé sur le net –, mais la description du lieu m’a fait penser au lac blanc – un endroit magique)

lac blanc chamonix

Le lac Blanc

© fetisov62

Un soir, en attendant le retour de ses camarades, le narrateur (je n’aime pas quand les personnages n’ont pas de prénom) trouve Saamiya, une jeune somalienne, échouée près du lac. Les trois hommes vont la prendre sous leurs ailes et tout mettre en œuvre pour l’aider à accomplir sa quête qui va les mener jusqu’aux confins du Grand Nord canadien.

Ce livre m’a complètement enchantée. Je l’ai dévoré d’une traite, bien calée sous mon plaid par une après-midi pluvieuse. Je n’ai pas vu le temps passer. Une histoire vraiment incongrue, mais délicieuse, qui sort des sentiers battus. C’est presque un conte ou même un racontar.

En 200 pages les personnages ont réussi à me toucher, la gentillesse d’Élias et la « dévotion » du narrateur en font des personnes touchants. L’histoire de Saamia, réfugiée somalienne, est très dure sa persévérance est exemplaire. L’auteur a parfaitement réussi à mêler paysage magnifique, sujet de société, et rigolade dans le même ouvrage.

L’écriture de Patrice Gain – pour qui c’est le premier roman – est exquise. La description des paysages est parfaite, j’avais l’impression de reconnaître des lieux… où pourtant je n’ai jamais mis les pieds. Il faut dire que l’auteur est un passionné de montagnes et de grands espaces, cela se ressent fortement dans ses écrits.

C’est le troisième auteur coup de cœur que je découvre chez Le mots et le Reste (le premier étant Arnaud Devillard et le second Kenneth White ). La maison d’édition sort essentiellement des ouvrages autour de la musique, mais quand elle publie autre chose, ça me plaît beaucoup. J’ai d’ailleurs très envie de découvrir aussi les écrits du paysan – écrivain André Bucher un autre auteur publié chez cette maison d’édition.

La naufragée du lac des dents blanches est un petit livre que je vous recommande fortement. Vous passerez très agréable moment en sa compagnie. Installez-vous confortablement avec une tasse de chocolat chaud ou un bon verre de vin (histoire d’accompagner les 4 acolytes), et laissez vous transporter.

La naufragée du lac des dents blanches

La naufragée du lac des dents blanches
85

L'ECRITURE DE L'AUTEUR

9/10

    L'HISTOIRE

    9/10

      En résumé

      • Où quand un naufrage au large de Belle-ile en mer vous mène dans les Alpes puis dans le Grand Nord canadien à cause d'une jeune Somalienne.

      Infomations

      • LE MOT ET LE RESTE (20 octobre 2016)
      • 224 pages
      • 19€ / 11.99 € Ebook

      8 commentaires

      • keisha
        18 novembre 2016 à 8 h 45 min -

        Même si ça parle de montagnes, je sesn que ton enthousiasme est entrainant, et puis, Le mot et le reste, c’est Devillalrd aussi!

        • Chinouk
          18 novembre 2016 à 10 h 30 min -

          Oui, il y a de très très bon auteurs chez le Mot et Le Reste. Kenneth White tu connais ?

      • Benoît
        18 novembre 2016 à 23 h 02 min -

        En attendant la lecture de ses livres, pour découvrir André Bucher et son territoire :
        http://andrebucher.tumblr.com

      • Léa Touch Book
        19 novembre 2016 à 15 h 26 min -

        Je ne connaissais pas alors je m’empresse de noter 🙂

        • Chinouk
          25 novembre 2016 à 19 h 23 min -

          note, note 🙂

      • Hélène
        21 novembre 2016 à 8 h 40 min -

        Il a tout pour me plaire

        • Chinouk
          25 novembre 2016 à 19 h 22 min -

          il est vraiment génial, bon moment de lecture garanti !

      • Anne-Marie
        14 avril 2017 à 10 h 33 min -

        Je viens de le terminer, grandiose, savoureux.
        Le récit est comme les personnages, épuré, plein d’euphémismes, un humour so british. J’adore. Rien que des « taiseux » qui évoluent dans des paysages et situations « extrêmes », avec en point d’orgue une virée au Québec. Merci Patrice Gain, vos personnages me manquent déjà.
        Hâte de vous rencontrer de nouveau.
        Anne Marie

      Laisser un commentaire

      Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *