Maiko : Journal d’une apprentie geisha


Maiko journal apprentie geisha PicquierPremières phrases
J’ai grandi dans l’arrondissement de Yamashima à Kyoto. Si je dis cela, vous allez peut-être penser que parce que je vivais à Kyoto depuis mon enfance j’étais attirée par les maiko, ces apprenties geishas, mais quand j’étais petite les maiko étaient lointaines et inaccessibles, je ne pouvais pas espérer en devenir une car je n’en avais jamais vu à l’époque.

Pourquoi ce livre
Je suis passionnée par la culture japonaise et les Geishas m’ont toujours intriguée. Je suis donc curieuse de lire ce journal d’une apprentie geisha.

Mon avis sur Maiko : Journal d’une apprentie geisha

Dans ce petit livre, Koyoshi, une jeune femme de 20 ans qui vit à Kyoto, nous offre une vision du monde des geishas (qui signifie : personne de l’art), et plus exactement des maiko (qui signifie : fille qui danse). Dans ce journal, elle aborde différents thèmes tels que : les arts, les vêtements, le maquillage, les accessoires, l’apparence, les fêtes, le travail, la ville…
C’est un univers traditionnel très structuré et plein de règles et de codes où rien n’est laissé au hasard. Un savoir-faire très japonais.

Koyoshi ne nous raconte pas exactement sa vie,- comme pourrait le laisser croire le titre – mais nous livre tout ce qu’une maiko doit connaître. je trouve remarquable la volonté qu’il faut à ces jeunes filles pour réaliser leurs rêves. Les jeunes filles commencent leur enseignement aux environs de leurs 10 ans, elles sont prises en charge par une Okâsan, une sorte de tutrice. Les filles ne vivent plus chez elles, mais au Yakata, endroit où elles reçoivent leur enseignement.

Les maiko (apprentie Geisha) doivent maîtriser parfaitement au minimum trois arts :

  • Le mai qui est une danse traditionnelle très codifiée.
  • Le shamisen, un instrument de musique traditionnelle.
  • La cérémonie du thé.

J’ai appris de nombreuses choses, par exemple qu’il fallait environ un an à une maiko pour réussir à réaliser parfaitement son maquillage, que sa coiffure est tellement compliquée et chère à réaliser qu’elle va au coiffeur une fois par semaine, mais qu’entre temps elle dort la nuque posée sur un petit cousin en bois, pour ne pas écraser sa coiffure, qu’il fallait au minimum 5 ans d’apprentissage pour devenir geisha…

J’ai été très surprise à la réception de ce petit livre puisque je ne m’attendais pas à y trouver des photos, beaucoup de photos. J’adore ! Je ne vous ai jamais parlé de ma collection de cartes postales de Geisha et du Japon ? ( Merci au Postcrossing !)

Il y a aussi un glossaire à la fin de l’ouvrage, qui nous explique bien en détails certains termes.

C’est un petit livre très intéressant pour qui aime la culture japonaise et voudrait en apprendre plus sur le monde très mystérieux des maiko.

Maiko : Journal d'une apprentie geisha

8.00 €
7

L'ECRITURE DE L'AUTEUR

7.0/10

L'HISTOIRE

7.0/10

Infomations

  • EDITIONS PHILIPPE PICQUIER (4 janvier 2018)
  • Traduction : Chika Odaka-Pochard
  • 128 pages

3 commentaires

  • Matatoune
    13 janvier 2018 à 6 h 29 min -

    Merci pour cet article qui m’apprend sur cet art car je ne suis pas sûre que lire le livre!

  • maggie
    13 janvier 2018 à 10 h 56 min -

    Je n’y connais absolument rien mais je viens de photographier le livre : il fera partie de mes prochains achats car tu arrives à communiquer ta passion !!!!

    • Chinouk
      14 janvier 2018 à 12 h 19 min -

      C’est une entrée en matière si tu veux découvrir rapidement l’univers, mais je te conseil aussi de te tourner vers des récits.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.