Les cygnes sauvages de Kenneth White


Les-cygnes-sauvages-kenneth-white

Premières phrases

Depuis quelque temps, l’idée mûrissait dans mon esprit d’une virée au Japon, qui serait un pèlerinage géopoétique de plus : un hommage aux choses du Japon (choses précieuses et précaires) et un voyage-haïku dans le sillage de Basho, un récit rêveur de routes et d’îles, un plongeon elliptique dans le Vide – bref, un petit livre nippon extravagant, plein d’images et de pensées zigzagantes, écrit dans le « style blanc volant », comme disent les peintres.

Pourquoi ce livre

Les écrits de Kenneth White m’attirent beaucoup. Je n’avais pas encore franchi le pas, mais à chaque fois que je tombais sur un de ses ouvrages, je me disais : celui-là je veux le lire. D’autant plus que nombre d’entre eux sont édités chez Le Mot et Le reste, petite maison d’édition que j’aime beaucoup. Les cygnes sauvages parlent du Japon, d’Haiku et de la province d’Hokkaïdo. J’aime énormément le Japon, et sa culture. Je suis très sensible à la beauté des Haikus donc ce livre devait forcément atterrir dans ma PAL et c’est donc par celui-ci que je commence la découverte de cet auteur. Qui en plus est un compatriote breton (d’adoption),
Kenneth White, écrivain poète écossais vit à Trebeurdeun, en Bretagne.

Mon avis

Ce livre est une petite pépite, une pause dans l’espace-temps. Juste 110 petites pages dévouées en quelques heures pendant lesquelles ce livre m’a transportée au pays de soleil levant.

Un haïku est un petit poème extrêmement bref visant à dire l’évanescence des choses. Il doit donner une notion de saison. Les haïkus occidentaux sont composés de 3 vers de 5, 7 et 5 syllabes.

L’auteur part en pèlerinage sur les traces de Basho , un grand poète japonais du XVIIᵉ siècle , jusque dans la province de l’Hokkaïdo pour tenter d’apercevoir la migration des cygnes sauvages qui viennent de Russie. Avant d’y arriver, il nous emmène dans une virée à travers Tokyo. Il nous parle d’estampes japonaises, de littérature japonaise.
Kawataba, Kenzaburo,Michima, Hokusai, Hiroshise…
vous ai-je déjà dit que je collectionnais les cartes postales d’ estampes japonaises ? Et que Kawataba, Kenzaburo et Michima sont en nombre dans ma bibliothèque ?

L’écriture de Kenneth est hypnotique, belle, douce, exquise. J’ai trouvé l’auteur, dans ce récit de voyage, en phase avec lui même, en accord avec sa quête.

J’ai eu un coup de cœur fulgurant pour ce livre et pour l’écriture de l’auteur.

Extraits :
p42:
Première pluie d’hiver
et mon nom sera
voyageur.

P46:
ôter ses chaussures
et marcher nu-pieds
parmi les monts et les brumes

Et puis le but ultime du voyage étant les cygnes sauvages d’Hokkaido, l’occasion est trop forte pour moi de vous faire découvrir, via une photo de circonstance mon photographe préféré : Vincent Munier
Les-cygnes-sauvages

Les cygnes sauvages de Kenneth White – Le mot et le reste (6 juin 2013) – 111 pages ⇛ Acheter le livre

7 commentaires

  • Léa Touch Book
    6 août 2015 à 18 h 56 min -

    Je vais me le prendre vu ton très bel avis 🙂 !

  • keisha
    7 août 2015 à 8 h 20 min -

    Pour moi peut être, mais sûrement pour quelques blogueuses que je connais! Je partage sur facebook!

    • Chinouk
      11 août 2015 à 11 h 20 min -

      tu as une page FB Keisha??

  • Hélène
    7 août 2015 à 9 h 54 min -

    Je te conseille de cet auteur  » Le monde ouvert », une vraie découverte pour moi ! je note celui ci aussi merci !

    • Chinouk
      11 août 2015 à 11 h 20 min -

      Je note Le monde ouvert alors, mon prochain sera la route Bleu. Mais finalement je pense tous les lire 🙂

  • Electra
    7 août 2015 à 10 h 05 min -

    J’adore Vincent Munier et mon chien s’appelle Haïku !
    Je note !

    • Chinouk
      11 août 2015 à 11 h 19 min -

      Ah Vincent Munier ! THE photographe pour moi, petite photographe amateur que je suis 🙂 Il expose en ce moment au Festival de la Gacilly 🙂 Haïku, il a un très joli non ton chien alors. Je pense que ce livre devrait te plaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *