Fausse piste de James Crumley aux éditions Gallmeister


    livre fausse piste James Crumley gallmeisterPremières phrases

    Le droit est un univers mystérieux. Tout comme les changements suscités par les hommes et le temps. Pendant près de quatre-vingts ans, la seule façon d’obtenir un divorce dans notre État était de faire condamner votre conjoint pour un délit grave ou de le prendre en flagrant délit d’adultère. La violence physique ne comptait même pas, pas plus que la folie. Et, pendant les dix premières années qui suivirent ma démission de mon poste dans la police du comté, j’ai bien gagné ma vie sur le dos de ce droit matrimonial archaïque. Puis, dans une frénésie d’activité à la clôture d’une session parlementaire extraordinaire, le législateur m’a mis au chômage en civilisant les lois relatives au divorce. Nous avons désormais le divorce par consentement mutuel.

    Pourquoi ce livre
    Je continue ma découverte du catalogue noir de Gallmeister avec leur sortie Totem. Et encore ici, c’est la couverture qui m’a fait me diriger vers "Fausse piste" de James Grumley qui est le premier tome des aventures de Milo Milodragovitch, un privé un peu alcoolique sur les bords, qui vit dans une petite ville du Montana.

    Résumé de Fausse piste de James Crumley

    Aujourd’hui dans l’état du Montana, on peut divorcer par consentement mutuel, ce qui n’arrange pas les affaires du détective privé Milo Milodragovitch puisqu’il se retrouve presque sans boulot. Il trompe son ennui en passant ses journées au Mahoney’s, un bar où il retrouve ses amis.
    Quand débarque dans son bureau Helen Duffy, une jolie femme qui va lui demander de l’aide pour retrouver son petit frère, Milo hésite longtemps avant d’accepter l’affaire, mais il a besoin d’agent et la beauté de Helen le fera craquer.
    Sauf qu’en acceptant de retrouver le frère de la belle dame, il ne sait pas dans quoi il va s’embarquer et ne se sortira pas indemne de cette aventure.

    Mon avis sur Fausse piste de James Crumley

    Vais-je devenir une Fan de polar noir ? Je ne sais pas, mais en revanche, je peux vous dire que James Crumley avec « Fausse piste » m’a complètement captivée, et ce dès les premières pages. On assiste d’ailleurs d’entrée de jeu à un accident comico-dramatique qui m’a fait mourir de rire !
    J’ai adoré suivre les péripéties de Milo, un gars un peu paumé qui carbure au whiskey dès le réveil. Un personnage très attachant ce Milo, j’ai très souvent eu mal ou peur pour lui.
    Entre endroit miteux, drogué, alcoolique, les journées du détective sont assez chaotiques, pleines de noirceur. Ils ont la gâchette facile dans le coin.
    L’écriture de James Crumley est délicieusement noire et dépeint parfaitement ( du moins de ce que j’en imagine ) l’Amérique des bas fonds. Je pouvais sentir les relents d’alcool jusque dans mon canapé ( promis ce n’était pas moi, je ne bois pas de whisky, ou juste une lichette pour aromatiser mon coca).

    J’ai trouvé l’ambiance du roman assez particulière, bien que je n’arrive pas à mettre de mot sur mon ressenti. Un peu comme un bon vieux film .

    Je me suis tellement attachée aux différents personnages que l’enquête est devenue presque secondaire à mes yeux.

    En bref, j’ai tout aimé dans ce livre : les personnages, l’ambiance et l’écriture de James Crumley.

    Je viens de tourner la dernière page de Fausse piste et je n’ai qu’une hâte, c’est de retrouver Milo dans de nouvelles aventures.

    James Crumley - Fausse piste

    8

    L'ECRITURE DE L'AUTEUR

    8.5/10

    L'HISTOIRE

    7.5/10

    En résumé

    • Traduit par Jacques Mailhos
    • Titre original : The wrong case

    Infomations

    • Editions Gallmeister - Totem - (1 novembre 2018)
    • 349 pages
    • 10 €

2 commentaires

  • Céline
    31 décembre 2018 à 9 h 46 min -

    Superbe chronique qui me donne envie de courir acheter l’ouvrage en librairie ! Je pense que ça peut être une lecture agréable qui peut sauver d’une panne de lecture sans souci, à te lire. J’y penserai et le glisse dans ma wish-list. De toute manière, c’est gallmeister, on ne peut pas être déçu-e-s !
    Bonne année et merci pour cette ultime chronique de 2018 !

    • Chinouk
      31 décembre 2018 à 10 h 16 min -

      N’hésite surtout pas à faire la connaissance de Milo ! et comme tu le dis avec gallmeister on est rarement déçu, et puis avec les totems c’est double plaisir : l’histoire + la magnifique couverture 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Logo les passions de chinouk