Déneiger le ciel de André Bucher


livre andre bucher Deneiger le ciel Premières phrases
La première fois que je ne déneigeais pas, les autres, les chemins, les flocons gorgés de joie et de peine, tout ça…
Juste un peu les sentiments. J’ai traversé à pied la neige, le vent et puis le froid. En vain, j’ai cherché une jeune fille nommée Martine. Mes pas m’ont porté et après avoir déneigé un peu le ciel en chantant, en pleurant et en dansant, au petit matin qui suivit, j’ai su qu’elle n’était sans doute jamais parvenue jusque-là…

Pourquoi ce livre
La première fois que j’ai entendu parler d’André Bucher, c’était à la grande librairie, l’émission de François Bunel. J’ai énormément apprécié le personnage et le fait qu’il se définisse comme un écrivain paysan. Il fallait absolument que je découvre sa plume, même si cela a pris du temps, j’ai enfin sorti un de ses ouvrages de ma bibliothèque. J’ai choisi « Déneiger le ciel », car je trouve ce titre tout simplement magnifique.
Pas vous ?

Résumé du livre:

Cette nuit lui paraissait être une porte. S’il la franchissait, il serait libre d’aller et venir n’importe où. Dans le présent, les souvenirs, partout, tant que ses jambes le soutiendraient.

Mon avis sur Déneiger le ciel de André Bucher

David, 60 ans, vit dans une ferme isolée dans les Alpes de Haute Provence: son tracteur étant en panne, pour la première fois depuis 26 ans, il ne déneigera pas les routes de son village de montagne. Antoine, son fils de substitution, venu lui rendre visite pour Noel, est en panne à 30 km de la ferme. Pierre, son vieil ami, a aussi besoin de lui, il a peur de la tempête qui arrive. David ne pouvant pas rester sans rien faire en cette nuit du 23 décembre part rejoindre Antoine à pied dans la nuit.

C’est cette nuit que nous allons suivre dans ce livre, une nuit froide et neigeuse où les fantômes du passé vont tenir compagnie au vieil homme pendant sa rude et longue marche.

Il y a des livres, après avoir lu deux ou trois pages vous savez que vous allez apprécier votre lecture, moi à la fin des quelques lignes du prologue – que j’ai relu plusieurs fois tellement je les ai trouvées belles — je savais que je lirais tous les livres de l’auteur !
Ce livre est magnifiquement bien écrit. L’écriture d’André Bucher est douce, poétique, vraie et immersive.
Les décors et l’ambiance sont parfaitement retranscrits; pendant les 140 pages de cette histoire, j’étais moi aussi avec David sur cette route pleine de congères, j’ai cheminé dans le froid, le vent et la neige, j’ai eu peur du pire quand David est arrivé à la ferme de Pierre. La lumière de la bergerie au loin, je l’ai vue comme si j’y étais.
Le fait que l’histoire défile à la vitesse du pas de l’homme nous donne le temps de nous imprégner de l’ambiance presque onirique et des souvenirs mélancoliques de David. Sa femme morte, sa fille, sa maîtresse…
J’ai rarement lu quelque chose d’aussi vrai. La dernière page tournée, j’avais envie de me réchauffer avec un bon chocolat chaud, de me mettre au lit, fatiguée d’avoir tant marché… et de recommencer ma lecture !

Déneiger le ciel est le quatrième roman de l’auteur, trois autres m’attendent sur mes étagères. Le prochain que je vais lire sera  » Fée d’hiver » (encore un magnifique titre).

Moi qui aime les écrivains poètes, je suis servie. André Bucher vient de gagner sa place à côté de mon chouchou, Kenneth Withe.

Il ne me reste plus qu’une chose à vous dire : lisez-le absolument !!

Deneiger le ciel - André Bucher

8 €
10

L'ECRITURE DE L'AUTEUR

10.0/10

L'HISTOIRE

10.0/10

En résumé

  • A lire d'urgence

Infomations

  • Sabine Wespieser (5 novembre 2015)
  • 146 pages

10 commentaires

  • Karine
    18 février 2018 à 19 h 56 min -

    Ce n’est pas mon thème préféré (on dirait que je suis trop prise sous la neige ces temps-ci) mais avec ce que tu en dis, pourquoi pas.

    • Chinouk
      24 février 2018 à 13 h 05 min -

      ici, en Bretagne ça manque justement 🙂

  • Marie-Claude
    19 février 2018 à 1 h 20 min -

    Tu sais me tenter! Malgré mon écoeurement de l’hiver et de la neige, j’ai très envie de plonger. Et quel titre sublime!
    Je crains l’écriture un peu trop poétique à mon goût, mais les quelques extraits lus ici et là m’ont conquise. Merci pour la découverte!

    • Chinouk
      24 février 2018 à 13 h 09 min -

      la poésie de l’écriture adoucie la froidure du climat 🙂 c’est un court texte donc si tu dois souffrir dit toi que cela ne durera pas longtemps 🙂

  • maggie
    19 février 2018 à 6 h 56 min -

    Ca ne fait pas trop auteur régionaliste ? Tu as un tel enthousiasme que je note

    • Chinouk
      24 février 2018 à 13 h 11 min -

      Ah ben si complètement. Il aime sa région et il en parle très bien. Moi j’aime les gens passionnés par leur terre.

  • Anne
    19 février 2018 à 13 h 04 min -

    Oh mais j’ai ce livre, rien que le titre avait suffi à me le faire acheter. Bon, il faudrait le sortir des limbes…

    • Chinouk
      24 février 2018 à 13 h 11 min -

      Ben alors !!!

  • Violette
    23 février 2018 à 10 h 16 min -

    oh oui, quel joli titre et ce que tu en dis donne encore plus envie ! Dommage que ma bibliothèque ne connaisse pas!

    • Chinouk
      24 février 2018 à 13 h 12 min -

      tu le trouves facilement en poche et même en occasion.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Logo les passions de chinouk