Ambiance Kinshasa de Victor Muller


Livre Ambiance Kinshasa TransborealPremières phrases

Kinshasa. Je me rappelle avoir entendu ce nom bizarre à plusieurs reprises étant enfant. C’était à peu près en même temps que ceux, non moins étranges, de Sarajevo, Gaza et Pristina, probablement en 1997, ou un peu avant, au crépuscule du régime mobutien. Deux hommes à la face couleur charbon faisaient alors régulièrement la une des journaux télévisés, deux silhouettes sombres et âgées qui nous rendaient rituellement visite chaque soir avant le coucher.

Pourquoi ce livre ?

J’avais besoin d’un petit livre pour alterner avec le gros pavé que j’étais en train de lire et aussi d’une lecture à l’opposé, car quand il m’arrive d’avoir plusieurs lectures en cours, je préfère que les thèmes soient assez éloignés. Étant en train de lire un livre sur l’Arctique, j’ai trouvé rigolo de sortir ce petit voyage en poche de ma PàL. Un livre que je n’aurais pas acheté moi-même, car très loin de mes goûts littéraires en termes de destination, mais qui m’a gentiment été offert. Alors en route pour Kinshasa.

Mon avis

Victor Muller, un jeune français qui travaille dans le milieu de la finance, tombe sur une opportunité d’emploi à Kinshasa, capitale de la République démocratique du Congo . Après avoir pris quelques renseignements auprès d’une amie qui vit sur place, il décide de sauter le pas et de partir à l’aventure.

Dans ce petit livre, Victor Muller va nous livrer 17 petites chroniques pour nous parler de la vie dans cette mégapole de 17 millions d’habitants, car Kinshasa est loin d’être comme nous, européens, l’imaginons. Loin des retours négatifs qu’en font les journaux télévisés. Kinshasa est la 3e plus grande ville d’Afrique, capitale d’un pays grand comme 5 fois la France, oubliée des médias sauf quand il faut en dire du mal ( tiens ça me rappelle quelque que chose : Marseille je t’aime;) ). C’est une capitale très verte avec beaucoup de verdure et un magnifique terrain de golf 18 trous qui fait des envieux.

P15
« L’envie d’écrire sur Kinshasa m’est venue naturellement, et ce dès le début de mon séjour, comme un besoin pressant de rendre compte d’une foule d’aspects quotidiens, inattendus, ingénieux, absurdes, intéressants. »

Ces chroniques vont être l’occasion d’aborder différents sujets comme la religion, l’univers urbain, la culture, l’art…

J’ai trouvé ce petit livre très intéressant et l’écriture de l’auteur est agréable à lire. L’auteur nous parle de la difficulté de vivre dans une ville-monde comme celle-ci avec ses problèmes politiques et sa police qui ne fonctionne qu’au Bakchich, mais aussi de l’aspect culturel et très artistique de la ville.

Il nous raconte par exemple que la bière est une vraie institution à Kinshasa ou que faire de la musique et intégrer un groupe est très facile dans cette ville, car l’important est de créer, et pas forcement de jouer juste. Il a facilement intégré un groupe dans lequel il jouait du saxophone.

Victor nous parle aussi des Schégué — ces enfants vagabonds — et des sapeurs qui sont des personnages à la dégaine excentrique ( voir la couverture du livre). Les mentalités sont différentes dans cette ville par rapport à l’Europe. Ici, les gens n’épargnent pas d’argent par exemple ( c’est plutôt ballot car l’auteur travaille dans la banque). Pourquoi faire, lui dit-on, puisque demain on peut mourir. D’ailleurs, les gens ont une approche assez différente de la mort. Ici, on ne s’apitoie pas sur le mort, mais sur la famille qui reste ( comme vont-ils compenser le manque d’argent ? Qui va s’occuper de ceux qui restent ?… ).

Il nous raconte aussi son expérience d’un Noelen Afrique, avec messe obligatoire, car le pays est très chrétien.
Lui vit à Gombé dans un quartier très urbanisé, mais aux limites de celui-ci l’ambiance est tout autre.

P104
Dans la cité, musique, ambiance, rires masquent mal la sous-nutrition dont souffrent les Kinois. Derrière les décors souvent surfaits des beaux établissements, Kinshasa et ses 17 millions d’ habitants ont faim. ». C’est en partie à cause de l’exode rural. Tout le monde veut tenter sa chance à la ville.

Ambiance Kinshasa est un petit livre qui m’a fait sortir de ma zone de confort. Une lecture enrichissante et dépaysante que j’ai beaucoup appréciée.

Ambiance Kinshasa

7

L'ECRITURE DE L'AUTEUR

7.0/10

L'HISTOIRE

7.0/10

Infomations

  • Editions Transboréal - Voyage en poche - (5 avril 2018)
  • 168 pages
  • 9.90 €

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.